La cavale de Néron terminée

Dominic Néron est accusé de voies de fait... (Photo tirée de Facebook)

Agrandir

Dominic Néron est accusé de voies de fait graves, de complot, d'introduction par effraction et de possession de métamphétamines pour un événement survenu en novembre 2016.

Photo tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les policiers de la Sécurité publique de Saguenay (SPS) ont réussi à mettre la main au collet de Dominic Néron, considéré comme le deuxième suspect d'une invasion de domicile survenue au cours des derniers mois à Jonquière.

Le jeune homme, qui a eu 18 ans il y a trois semaines, a été arrêté au cours de la fin de semaine. Depuis le 1er février, il était recherché à la suite d'un mandat d'arrestation émis par un juge de la Cour du Québec.

Il a été accusé de voies de fait graves, de complot, d'introduction par effraction et de possession de métamphétamines pour un événement survenu en novembre 2016.

Lundi matin, Néron s'est présenté devant le juge Pierre Lortie, de la Cour du Québec. Me Karen Inkel, de la Couronne, s'est opposée à la remise en liberté de l'individu.

Au cours des derniers mois, Néron et Billy Beaudreault se seraient introduits dans une résidence de Jonquière.

Leur but était assez précis. Faire un mauvais parti à un autre individu. La raison : une fille.

Pour le moment, l'histoire semble assez nébuleuse. Peu de détails ont été fournis sur les circonstances exactes entourant cette affaire.

Néron et Beaudreault, âgé de 21 ans, s'en seraient pris à leur victime en le tabassant sérieusement. L'individu aurait subi quelques fractures au visage et a été blessé à une jambe.

Pour le moment, Néron, dont les intérêts sont représentés par Me Julien Boulianne, subira son enquête de remise en liberté jeudi pour son dossier de possession de stupéfiants chez les adultes.

Et le lendemain, il aura droit à son enquête de remise en liberté au tribunal de la jeunesse pour les autres accusations.

L'introduction par effraction, le complot et les voies de fait graves auraient été commis alors qu'il n'était âgé que de 17 ans.

Règlement en vue

En ce qui concerne son présumé complice dans l'affaire, Billy Beaudreault, il doit revenir devant le tribunal le 20 mars.

Le jeune homme de 21 ans, client de Me Charles Cantin, pourrait tenter de régler ses démêlés judiciaires.

Il faut dire que Beaudreault a 11 dossiers sur le rôle du palais de justice. Il est notamment accusé de deux introductions par effraction, de possession d'armes non autorisées et de port d'arme dans un dessein dangereux.

Il est aussi accusé de menaces, de voies de fait causant des lésions, de méfait, de complot et de bris d'engagement et de probation.

Il est possible que la défense et la Couronne tentent de trouver un terrain d'entente afin de régler toutes les accusations retenues contre le jeune contrevenant.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer