Pourchassé avec un poêlon

Palais de justice de Chicoutimi... (Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Palais de justice de Chicoutimi

Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un homme de 51 ans devra effectuer 150 heures de travaux communautaires pour avoir poursuivi et frappé un voisin avec une poêle.

Le client de Me François Dionne a reconnu sa culpabilité à des voies de fait causant des lésions et à des menaces.

Les deux individus impliqués dans l'altercation habitent le même immeuble à logements à Larouche.

Il y a quelques semaines, le plaignant dans cette histoire a prêté une somme d'argent à son voisin. Le 3 février 2016, las d'attendre le retour du montant avancé, la victime a pris la décision d'aller réclamer son dû.

Mais ça ne s'est pas passé comme il le pensait. En réponse à sa demande d'obtenir le remboursement, l'accusé n'a pas acquiescé et est parti à la course derrière son « prêteur ». Armé d'un poêlon, il l'a frappé à quelques reprises. L'homme n'a heureusement pas été blessé.

« Votre cause n'est pas très sympathique. Je pensais que l'on voyait ça uniquement dans les films un individu qui en poursuit un autre et le frappe avec un poêlon. Vous conviendrez que ce n'est pas le genre de geste qui aurait dû être fait », a mentionné le juge Jean Hudon, de la Cour du Québec, qui prononce une sentence suspendue de deux années et une interdiction d'importuner ou de harceler la victime.

Pornographie juvénile

Par ailleurs, Mathieu Gobeil-Gauthier, de La Baie, a comparu au Palais de justice de Chicoutimi après avoir été accusé d'incitation à des contacts sexuels, d'avoir rendu accessible à un enfant du matériel sexuellement explicite, pour leurre et non respect de condition de remise en liberté. L'homme de 27 ans a été arrêté au cours de la matinée de mercredi, à La Baie, à la suite d'une saisie de la Sûreté du Québec et de la Sécurité publique de Saguenay. Me Nicole Ouellet, de la Couronne, s'est opposée à sa remise en liberté en raison des antécédents judiciaires pour des contacts sexuels et aussi de son incapacité à fournir un lieu de résidence. Gobeil-Gauthier s'expose à une peine minimale d'une année de prison s'il est reconnu coupable.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer