Fraude: l'appât du gain mène en prison

Attirée par l'appât du gain, la main-mise sur l'argent des autres et sa passion... (Photo 123RF)

Agrandir

Photo 123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Attirée par l'appât du gain, la main-mise sur l'argent des autres et sa passion pour le jeu, Linda Harvey, de Jonquière, passera les neuf prochains mois en prison.

La femme de 55 ans a vu le juge Pierre Lortie, de la Cour du Québec, entériner la suggestion commune de Me Sébastien Vallée (Couronne) et Me Charles Cantin (défense). Il lui impose également une probation de 24 mois, incluant un suivi de 12 mois.

La Jonquiéroise a utilisé un stratagème particulier pour frauder la Boucherie Raymond et André (9308 $), Lebel Isolation (47 152 $), Motel Mont-Valin (24 816 $) et Réno Concept (2000 $), soit l'équivalent de près de 83 000 $. Elle avait été embauchée à titre de comptable et a utilisé les chèques des entreprises pour réaliser la fraude.

Élément troublant, c'est que Mme Harvey a commis les infractions criminelles en deux séquences. Et la deuxième est survenue en octobre 2016 alors qu'elle était en attente de son procès pour ses premières fraudes. Mercredi, elle a réglé quatre dossiers et 14 chefs d'accusation.

Sans antécédent judiciaire, Linda Harvey a agi pour l'appât du gain.

« Elle n'était pas dans l'indigence. Elle travaillait et était rémunérée. Oui, il y a eu la problématique du jeu, mais ça va plus loin que ça. C'était plus l'appât du gain qui l'intéressait et d'avoir la mainmise sur l'argent des autres. Elle avait des désirs de luxe », explique Me Sébastien Vallée.

« Elle a profité de sa situation pour commettre les fraudes. Elle a abusé de la confiance de ses employeurs. Les entreprises se sont aperçues que les choses n'allaient plus, même si la clientèle était là. C'est un autre comptable qui leur a dit ce qui se passait », reprend le représentant du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP).

Comme si cela n'était pas suffisant, Linda Harvey a récidivé dans la fraude tout en étant en attente de son procès.

« L'accusée n'avait pas d'antécédents judiciaires. Elle fait un premier passage fracassant en justice », de préciser Me Vallée.

L'avocat en défense a avoué que les deux caisses de documents de la preuve étaient importantes contre sa cliente.

« Elle a démontré une honnêteté face à elle-même et elle veut changer. Il y a eu une forme d'introspection chez elle. Elle a réussi une thérapie à la maison Jean Lapointe », de mentionner Me Cantin.

Le juge Lortie lui impose une probation de 24 mois et un suivi de 12 mois durant lequel l'accusée devra se soumettre aux évaluations nécessaires. Il lui sera interdit de se rendre dans les quatre commerces qu'elle a floués.

Questionnée à savoir si on devait lui interdire de se rendre dans les casinos, Linda Harvey a avoué qu'elle y était déjà barrée.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer