Une chicane de voisins mène à une tentative de meurtre

Jean Leclerc, 65 ans, est accusé de tentative... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Jean Leclerc, 65 ans, est accusé de tentative de meurtre et de bris de probation.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

Jean Leclerc s'expose à une peine d'emprisonnement sévère s'il est reconnu coupable de la tentative de meurtre sur un individu de 51 ans survenue au 605 rue Tâché, à Chicoutimi. La victime aurait reçu trois coups de couteau. Elle repose à l'hôpital de Chicoutimi dans un état stable.

Les événements malheureux se seraient produits vers minuit, dans la nuit de mercredi à jeudi. La victime, un homme de 51 ans, a communiqué avec les services d'urgence, à 00 h 19, pour signaler qu'il était blessé sérieusement et qu'il avait reçu des coups de couteau à quelques reprises.

Leclerc, 65 ans, s'est présenté jeudi après-midi devant le juge Richard P. Daoust. L'accusation de tentative de meurtre, passible de l'emprisonnement à perpétuité, a été enregistrée. Il est aussi accusé de bris de probation.

Une dame de 26 ans a aussi été appréhendée, mais la procureure du ministère public, Me Marie-Josée Hamelin-Gagnon, précise que l'enquête se poursuit à son sujet.

La comparution de Leclerc, qui aura 66 ans le 24 février, a été assez brève. Il est apparu au tribunal vêtu d'une salopette blanche de prisonnier. Il est demeuré calme et a fait un clin d'oeil à un proche. 

Me Hamelin-Gagnon s'est opposée à sa remise en liberté étant donné que Leclerc possède plusieurs antécédents judiciaires, dont une peine de 54 mois pour un vol qualifié en 2003.

« Nous avons déposé deux chefs d'accusation, un de tentative de meurtre et un de bris de probation pour ne pas avoir eu une bonne conduite et ne pas avoir gardé la paix », indique Me Hamelin-Gagnon. 

« Quant à la dame, le dossier est à l'étude et l'enquête n'est pas complétée », ajoute-t-elle.

L'avocat en défense, Me Julien Boulianne, espère être en mesure de faire la lumière rapidement sur cette histoire.

« C'est une chicane de voisins qui a dégénéré. L'histoire est nébuleuse. Ce serait le voisin d'en bas qui serait monté au logement de mon client. La chicane aurait éclaté. La victime dit avoir reçu des coups de couteau et a été blessée à l'omoplate », mentionne Me Julien Boulianne, avocat en défense.

« Clairement, il faut faire la lumière sur cette histoire. J'ai reçu une preuve partielle et il manque beaucoup d'éléments. Je verrai à analyser le tout d'ici mardi prochain (enquête de remise en liberté) », a indiqué le criminaliste.

Musique trop forte

Cette affaire a débuté au cours de la nuit de mercredi. Un locataire de l'immeuble à logements de la rue Tâché n'aurait pas aimé qu'une autre personne fasse jouer sa musique trop forte.

« À l'arrivée de nos agents sur les lieux, ils ont découvert la victime et l'ont dirigée rapidement vers le centre hospitalier. Nous avons appris que les agresseurs habitaient le même immeuble. Sauf qu'ils avaient quitté les lieux lorsque les policiers se sont rendus à leur appartement », a mentionné Bruno Cormier, porte-parole de la Sécurité publique de Saguenay.

Les patrouilleurs sont partis à la recherche des suspects. Ils ont trouvé le véhicule sur la rue Lorne, mais il avait été abandonné.

« Les deux individus ont été rattrapés sur la rue Saint-Vincent à Chicoutimi. Ils ont été amenés au poste de police pour un interrogatoire », a ajouté M. Cormier.

« J'entendais la musique de mon appartement. Le gars du troisième étage est allé le voir au deuxième pour faire baisser la musique. Il aurait reçu trois coups de couteau », a témoigné Dany Gaudreault, un homme qui habite les lieux depuis une quinzaine d'années. 

Les policiers ont été présents pendant plusieurs heures. (Avec Denis Villeneuve)




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer