Trafic de GHB: le militaire opte pour un jury

Olivier Côté-Vachon demande à être entendu devant un... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Olivier Côté-Vachon demande à être entendu devant un juge et un jury.

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un militaire de Bagotville, Olivier Côté-Vachon, accusé d'avoir fourni du GHB à des connaissances, renonce à son enquête préliminaire et demande que son procès se tienne devant un juge et un jury.

L'individu de Jonquière de 28 ans avait été arrêté, le 30 décembre 2015, après que quatre de ses amis se soient retrouvés à l'hôpital après avoir consommé de cette drogue du viol.

Côté-Vachon avait alors été accusé de deux chefs de trafic de stupéfiants et de quatre chefs de négligence criminelle causant des lésions corporelles. Au début du mois de janvier 2016, il avait été envoyé en thérapie de 30 jours.

Mercredi matin, Me Charles Cantin, en défense, et Me Karen Inkel, du bureau du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP), ont annoncé au juge Pierre Lortie, de la Cour du Québec, qu'il n'y aurait finalement pas d'enquête préliminaire dans ce dossier.

« Nous allons plutôt opter pour un procès devant juge et jury en Cour supérieure du Québec. Nous demandons à ce que le dossier soit transféré devant ce tribunal pour la journée du 6 avril aux assises criminelles du printemps », a mentionné Me Cantin.

L'avocat du militaire a déjà précisé que Côté-Vachon avait notamment été déployé en Asie Mineure et en Afghanistan à plusieurs reprises et s'est demandé s'il ne fallait pas faire une certaine corrélation entre le GHB et des lésions quelconques subies lors de ses missions.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer