La cause de Lagacé portée en appel

Yvan Lagacé... (Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Yvan Lagacé

Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Trois juges de la Cour d'appel du Québec entendront la cause de l'Ambroisien Yvan Lagacé le 28 avril. Le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) a obtenu, le 22 décembre, la permission d'en appeler de la décision du juge de première instance.

Me Sabrina Tremblay, de la Couronne, conteste la sentence de 15 mois imposée à l'homme de 51 ans le 18 novembre dernier par le juge Pierre Lortie, de la Cour du Québec, pour une série de vols.

Le dossier sera entendu au Palais de justice de Québec. Me Tremblay et Me Charles Cantin, en défense, auront 30 minutes pour faire valoir leur point de vue.

Si le DPCP porte la sentence en appel, c'est qu'elle ne semble pas satisfaite de la peine imposée, elle qui réclamait entre 36 et 48 mois de détention pour les crimes commis par l'homme de 51 ans et surtout en raison de ses nombreux antécédents judiciaires.

La sentence imposée par le juge Lortie avait surpris un peu tout le monde. La défense suggérait une peine de 90 jours de prison en discontinu et une peine en société de 12 à 18 mois alors que la Couronne réclamait plutôt entre 36 et 48 mois de pénitencier.

Le jour de sa sentence, Lagacé avait été très surpris d'être condamné à 15 mois d'emprisonnement. Il croyait avoir réussi à convaincre le magistrat de sa réhabilitation et pensait recevoir une peine discontinue.

Sa conjointe était sortie de la salle de tribunal en pleurs, alors que Lagacé avait éclaté en sanglots. Le couple avait eu quelques instants pour s'étreindre avant que l'accusé ne prenne le chemin des cellules.

Les policiers de la Sûreté du Québec avaient pu relier Lagacé à divers crimes après avoir trouvé des empreintes digitales sur une scène de crime.

À la suite de son arrestation, l'individu a plaidé coupable en novembre 2015 à une série d'introductions par effraction dans des commerces, au vol de biens d'une valeur de plus de 60 000 $, du vol de deux remorques, du vol d'un fusil à pression et d'avoir flâné la nuit. Les crimes avaient été commis entre août 2012 et septembre 2015.

Lagacé est un voleur notoire possédant une très longue feuille de route en matière d'introduction par effraction (37 antécédents), de bris de condition (24), de bris d'engagement (13) et de dossier de malhonnêteté (65).

Ce n'est pas la première fois que Lagacé voit l'une de ses sentences être contestée. Au début de 2010, le client de Me Cantin avait été condamné à 36 mois de pénitencier après avoir confessé plus de 30 cambriolages. La Couronne avait porté la sentence en appel, étant donné qu'elle réclamait 72 mois de détention. La sentence avait été maintenue à trois ans.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer