Descente aux enfers à 36 ans

Roxanne Boivin a notamment plaidé coupable à des... (Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Roxanne Boivin a notamment plaidé coupable à des accusations de vols à l'étalage.

Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La Chicoutimienne Roxanne Boivin a connu une descente aux enfers de quatre mois qui l'a menée à une sentence de deux ans de pénitencier.

La femme de 36 ans, sans aucun antécédent judiciaire, a plaidé coupable à des accusations de vols dans des voitures, vols à l'étalage, voies de fait, tentative d'introduction par effraction dans un commerce, vol d'ordinateur au Café jeunesse, d'avoir fait un faux appel à la bombe et d'un vol qualifié dans une pharmacie.

La cliente de Me Julien Boulianne a réglé ses dossiers devant la juge Sonia Rouleau, de la Cour du Québec, qui a entériné la suggestion commune.

Après avoir fait un vol dans un véhicule, d'avoir été surprise par un citoyen qui a voulu l'arrêter, mais qui a été malmené, à la suite d'un vol à l'étalage et d'une introduction par effraction dans une pharmacie à Chicoutimi-Nord, la femme est passée à un stade supérieur.

« Elle a fait un faux appel à la bombe pour le Billard Centre-ville en obligeant les policiers à se rendre à cet endroit. Pendant ce temps, elle a commis un vol au Super Sagamie Vanier, où elle a dérobé pour 3815 $ de marchandises. Et en novembre, elle s'est déguisée pour commettre un vol qualifié et dérober des milliers de comprimés dans une pharmacie », indique Me Boulianne.

Roxanne Boivin a été arrêtée le 17 novembre et les policiers ont découvert des médicaments volés et de la drogue dans ses poches.

« Ma cliente n'avait jamais eu de démêlés avec la justice. Aucun antécédent judiciaire. Et tout d'un coup, entre le 10 juin et le 11 novembre 2016, tout a basculé. Elle a avoué à la juge Rouleau que c'est la consommation de drogue qui l'avait amenée jusque-là. Elle a dit qu'elle suivrait les thérapies nécessaires durant sa sentence et qu'elle ne reviendrait plus devant le tribunal », a mentionné Me Boulianne.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer