Bébé à la poubelle: la mère citée à procès

Mes Marie-Ève St-Cyr et Xavier Jean-Gagnon représentent Marie-Pier... (Photo Le Quotidien, Isabelle Tremblay)

Agrandir

Mes Marie-Ève St-Cyr et Xavier Jean-Gagnon représentent Marie-Pier Normand-Lejeune, dont la date de procès devrait être fixée, le 14 décembre.

Photo Le Quotidien, Isabelle Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabelle Tremblay
Le Quotidien

Marie-Pier Normand-Lejeune, cette mère qui aurait jeté son nouveau-né dans une poubelle, est citée à procès.

Le juge Michel Boudreault a rendu sa décision, vers 11 h 30, jeudi, après avoir entendu trois témoins de la défense.

Normand-Lejeune n'a pas bronché lorsqu'elle a écouté le récit du médecin-psychiatre qui l'a rencontrée dans les heures suivant le drame. Il en a été de même quand deux policiers de l'Escouade des crimes contre la personne de la Sûreté du Québec (SQ) ont défilé à la barre.

Après s'être levée debout, dans le box des accusés, elle a été citée à procès. L'accusée est demeurée de glace avant de reprendre le chemin de la détention.

La jeune femme de 24 ans fait face à des accusations de meurtre au second degré, suppression de part (avoir fait disparaître le cadavre d'un enfant dans l'intention de le cacher) et d'avoir commis un outrage à un cadavre.

Les événements remontent au 20 février 2015. Après avoir donné naissance à son bébé, dans la salle de bain de son logement de Métabetchouan-Lac-à-la-Croix, Normand-Lejeune l'aurait déposé dans un sac de plastique. Le nouveau-né a été retrouvé par les policiers dans une poubelle extérieure.

Les avocats de l'accusée, Mes Marie-Ève St-Cyr et Xavier Jean-Gagnon, pourraient soulever une défense d'infanticide afin de réduire la peine qui pourrait être imposée à leur cliente, si elle est reconnue coupable.

«L'infanticide est une défense au meurtre et on voulait voir à l'enquête préliminaire si cette avenue était envisageable. Ce sera à discuter avec la Couronne. Pour le moment, il n'y a rien de décidé», a mentionné Me St-Cyr.

L'enquête préliminaire de la mère de la petite victime se déroulait depuis lundi, au Palais de justice d'Alma. Elle était frappée par une ordonnance de non-publication, de sorte que les informations qui ont été révélées ne peuvent être dévoilées publiquement.

«Le renvoi n'a jamais été contesté. Le but de l'enquête préliminaire était exploratoire pour la défense. Nous avions certains points à aller chercher. Nous sommes satisfaits du déroulement. On est allés chercher la plupart des éléments qu'on souhaitait établir en prévision de la préparation du procès», a commenté Me Jean-Gagnon.

L'accusée sera de retour à la cour, le 14 décembre. Ses avocats étudient la possibilité de demander la tenue d'une enquête sur remise en liberté. Jusqu'à preuve du contraire, Marie-Pier Normand-Lejeune subira un procès devant juge et jury.

Pour sa part, Me Nicole Ouellet, représentante du Directeur des poursuites criminelles et pénales, a refusé de s'entretenir avec les journalistes, à sa sortie de la salle d'audience.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer