Meurtre à Jonquière: le travail des policiers critiqué

Le capitaine de la Sécurité publique de Saguenay,... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Le capitaine de la Sécurité publique de Saguenay, Steeve Gilbert

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les dirigeants de la Sécurité publique de Saguenay (SPS) entendent faire toute la lumière sur le travail de leurs policiers dans l'intervention reliée au meurtre perpétré dans la nuit de samedi à dimanche, à Jonquière.

Le capitaine à l'administration policière et au développement organisationnel, Steeve Gilbert, a tenu un point de presse mardi matin pour réagir aux allégations d'un plaignant, Dave Bussières. Ce dernier prétend que les patrouilleurs n'ont effectué aucune recherche pour retrouver le corps d'Israël Gauthier-Nepton, estimant que la situation était trop dangereuse pour intervenir.

«Je trouve dommage ces sorties-là (réseaux sociaux et médias), mais nous les comprenons. Nous procédons à des vérifications sur le travail qui a été fait en lien avec cet appel afin de nous assurer que tout ce qui devait être fait l'a été selon nos directives», a mentionné M. Gilbert.

«L'appel (3h30 am) du plaignant a été traité avec un grand sérieux. Nos policiers ont obtenu la corroboration de deux autres témoins qui ont entendu des coups de feu. Des recherches, pour retrouver une personne, ont été faites à compter de l'appel. Nous voulons voir l'ampleur qu'elles ont prise. On sait que les recherches étaient toujours en cours lorsque des gens ont découvert le corps de la victime», a ajouté le capitaine.

Steeve Gilbert et les autres membres de l'État major mèneront les vérifications afin de savoir si les délais pour établir un périmètre de sécurité autour de la scène de crime ont respecté les procédures établies.

Il y aura des vérifications de l'appel au 911, de l'écoute de la bande audio et du rapport des premiers policiers arrivés sur les lieux.

«Dans nos procédures, les policiers devaient traiter l'appel avec le plaignant, sortir les éléments et agir. Des choses sont à prioriser. Il faut voir ce qui a été priorisé et si les agents ont priorisé les bonnes choses au bon moment», poursuit M. Gilbert.

Ce dernier n'envisage pas de suspendre ou de porter des accusations contre des policiers.

Quant aux allégations que la situation était trop dangereuse, selon le plaignant, pour que les policiers interviennent, M. Gilbert rejette ces propos.

«Sur le fait que l'appel n'a pas été pris au sérieux et que c'était trop dangereux, nos agents sont formés pour intervenir dans des situations à haut risque, comme un homme barricadé ou un tireur actif. Il n'y a aucune raison de dire que c'est trop dangereux», a conclu le capitaine Gilbert.

L'état-major de la SPS ne rendra pas public le rapport des vérifications tant et aussi longtemps que l'enquête criminelle pour le meurtre de M. Gauthier-Nepton ne sera pas terminée. Le jeune homme a reçu au moins un projectile dans le dos en s'enfuyant d'un logement de la rue du Vieux-Pont, à Jonquière. La victime et son ami ont pris la fuite dans des directions opposées. Le plaignant a appelé les policiers pour dire craindre pour la sécurité de son ami.

Concernant le principal suspect dans cette affaire, Marc-Étienne Côté, il est toujours recherché.

Carl Dufour souhaite discuter des problèmes

(Louis Tremblay) - Le conseiller municipal Carl Dufour entend ajouter un point à l'ordre du jour de la prochaine rencontre du comité de la sécurité publique de Saguenay. Il souhaite discuter de différents éléments entourant les activités du corps policier qui ne cesse de défrayer la manchette depuis quelques semaines en raison du comportement de certains de ses membres ou de la manière dont des opérations se déroulent comme ce fut le cas dans la nuit de samedi à dimanche.

Au cours d'un bref entretien téléphonique, le président de la commission a admis qu'il y avait effectivement eu au cours des dernières semaines plusieurs informations dans les médias concernant le fonctionnement du corps policier. Ces éléments vont d'un sondage qui confirme l'insatisfaction des policiers à l'endroit de l'administration à l'opération policière de la fin de semaine. Entre ces éléments, des histoires mettant en cause certains policiers et leur comportement ont été rapportées.

«Pour le conseil municipal, il n'est pas question d'intervenir dans les opérations policières quotidiennes qui relèvent de la direction du service. Notre rôle est de nous assurer que les citoyens de Saguenay évoluent dans un environnement sécuritaire et que le service de police joue son rôle adéquatement», a signifié le conseiller municipal. Il n'a pas voulu se prononcer sur les événements de la fin de semaine puisque le service a tenu un point de presse officiel.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer