Meurtre: le Jonquiérois recherché est dangereux

Marc-Étienne Côté... (Photo courtoisie)

Agrandir

Marc-Étienne Côté

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patricia Rainville
Le Quotidien

Marc-Étienne Côté, un Jonquiérois de 36 ans au lourd passé criminel, est activement recherché par les autorités. Il est le suspect numéro un du meurtre d'Israël Gauthier-Nepton, perpétré sur la rue du Vieux-Pont, à Jonquière, tôt dimanche matin. L'individu pourrait être armé et il est considéré comme un homme dangereux.

Marc-Étienne Côté serait le principal suspect depuis le début de l'enquête. Il serait d'ailleurs recherché depuis dimanche matin par les enquêteurs. Ce n'est toutefois qu'en début de soirée, lundi, que la Sûreté du Québec a lancé un avis de recherche.

Au moment de mettre sous presse, lundi soir, l'homme était toujours introuvable. 

Passé criminel

Marc-Étienne Côté est bien connu des policiers de Saguenay. 

En 2004, alors qu'il était âgé de 23 ans, il a écopé d'une peine de cinq ans de pénitencier pour avoir volé et séquestré des gens de Dolbeau-Mistassini. Accompagné de son complice Steeve Marquis, Côté avait visité deux résidences. 

Les deux Jonquiérois avaient alors séquestré et pillé un couple âgé dans la soixantaine, ainsi que deux dames. Au terme de leur procès, les deux hommes avaient pris le chemin de la prison pour une période de cinq ans. 

Ce n'était pas la première fois, à l'époque, que Marc-Étienne Côté faisait face à la justice. 

En 2002, Côté avait été impliqué dans une chasse à l'homme entre Jonquière et Larouche. Se sauvant des policiers pour une raison nébuleuse, l'individu avait provoqué la sortie de route de la patrouille de police, sur l'autoroute 70. Il s'était terré à Larouche, où il avait rapidement été retrouvé par les agents. 

L'accusé avait plaidé coupable et s'en était tiré avec une peine de 13 mois de prison et une interdiction de conduire durant deux ans. 

En 2000, l'homme avait été accusé d'avoir foncé dans un barrage policier. Devant une preuve insuffisante, il avait toutefois été acquitté. 

Marc-Étienne Côté avait actuellement une dizaine de dossiers pendants devant les tribunaux. Il faisait face à des accusations de conduite avec les facultés affaiblies, recels et vols, entre autres. Il était en liberté en attente des procédures judiciaires.

C'est dans cette maison de la rue du... (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay) - image 2.0

Agrandir

C'est dans cette maison de la rue du Vieux-Pont, à Jonquière, que cette sordide histoire aurait débuté, au petit matin, dimanche.

Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

Tiré dans le dos en pleine rue

Israël Gauthier-Nepton aurait été atteint d'une balle dans le dos, en pleine rue, alors qu'il tentait de fuir. Un second individu qui l'accompagnait s'en est sorti indemne. 

Dans la nuit de samedi à dimanche, la jeune victime de 27 ans se trouvait dans la résidence du 3775 du Vieux-Pont, à Jonquière. Il était en compagnie d'autres individus. Au petit matin dimanche, une dispute aurait éclaté dans le logement du rez-de-chaussée de cette résidence de briques jaune pâle. L'un des hommes aurait alors sorti une arme à feu. 

Devant la menace, deux hommes, dont la victime Israël Gauthier-Nepton, ont fui l'appartement. 

Le suspect serait toutefois sorti de la résidence puis aurait tiré un premier coup de feu en direction de la victime. La balle aurait atteint alors l'une des fenêtres du bloc à appartements brun, situé directement en face. Un deuxième coup de feu a été tiré. Le jeune homme de 27 ans, qui n'était pas connu des policiers, a été atteint dans le bas du dos, alors qu'il se trouvait encore dans la rue. 

Grièvement blessé, il aurait ensuite poursuivi sa course jusqu'à l'arrière du bloc à appartements brun. C'est contre une voiture stationnée qu'il se serait écroulé. Son corps a d'ailleurs été retrouvé à cet endroit quelques heures plus tard par le propriétaire de la résidence à appartements, qui se préparait à faire des rénovations sur place. 

Selon ce que Le Quotidien a appris au cours de la journée de lundi, le deuxième individu qui a fui la résidence s'en est sorti sain et sauf.

La balle a fracassé une fenêtre d'un appartement... (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay) - image 3.0

Agrandir

La balle a fracassé une fenêtre d'un appartement situé face à la maison où tout aurait commencé.

Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

Un premier appel à 3 h 30

L'homme qui a réussi à s'enfuir en compagnie de la victime dit avoir contacté les policiers, à 3 h 30, dimanche matin. Les policiers se seraient rendus sur place une première fois, mais n'auraient pas découvert la victime. 

L'individu qui a réussi à s'enfuir s'est réfugié chez quelqu'un qu'il ne connaissait pas, un peu plus loin, après avoir entendu les coups de feu. Il dit avoir communiqué avec les autorités. 

Selon ce que Le Quotidien a appris, les policiers auraient bel et bien reçu un appel de détresse peu avant 4 h, dimanche matin. 

Des patrouilleurs se sont rendus sur place, mais n'auraient pas aperçu la victime, qui gisait plus loin. Le corps a été découvert cinq heures plus tard, par un citoyen. 

L'individu qui était en compagnie d'Israël Gauthier-Nepton a publié un long message sur sa page Facebook, lundi soir, questionnant d'ailleurs le travail des policiers dans ce dossier. 

En soirée, la publication avait été partagée plus de 800 fois et maintes fois commentée.

C'est sur ce terrain que la victime, Israël... (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay) - image 4.0

Agrandir

C'est sur ce terrain que la victime, Israël Gauthier-Nepton, a été retrouvée sans vie, dimanche matin. Il aurait été atteint d'une balle dans le dos dans la rue, avant de s'écrouler un peu plus loin, contre une voiture.

Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

Retour au calme

Le calme était revenu, lundi, sur la rue du Vieux-Pont de Jonquière. Les enquêteurs avaient déserté les lieux et le périmètre de sécurité avait été enlevé. Seul le trou de balle dans la fenêtre d'un appartement laissait voir qu'il s'était passé quelque chose la veille. 

La jeune fille qui réside dans l'appartement où une balle a fracassé la fenêtre a préféré ne pas s'entretenir avec la journaliste du Quotidien, lorsqu'elle a répondu à la porte. Elle n'a pas entendu de coups de feu, puisqu'elle dormait, a-t-elle affirmé. 

Les rubans de sécurité jaunes, qui entouraient les trois scènes de crime, ont été retirés durant la nuit de dimanche à lundi. La morgue a récupéré le corps de la victime tard en fin de soirée, dimanche. 

Aux alentours, plusieurs citoyens parlaient du meurtre, en répétant que « ça brassait régulièrement, dans l'appartement visé par l'enquête policière ». Tout le monde rencontré y allait de leurs hypothèses, mais aucune n'a été avancée par le service des communications de la Sûreté du Québec. 

Marc-Étienne Côté... (Photo courtoisie) - image 5.0

Agrandir

Marc-Étienne Côté

Photo courtoisie

Information

La Sûreté du Québec demande aux gens de ne pas intervenir directement auprès de Marc-Étienne Côté, puisqu'il est considéré comme armé et dangereux. Les personnes qui auraient vu l'individu sont plutôt invitées à composer le 911.

L'homme mesure 1,70 m (5 pi 7 po) et pèse 103 kg (227 livres). Il a les cheveux bruns courts et les yeux bruns. Il pourrait porter une barbe de plusieurs jours.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer