Pas d'enquête du ministre sur la SPS

Le quartier général de la Sécurité publique de... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Le quartier général de la Sécurité publique de Saguenay.

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le ministre de la Sécurité publique du Québec, Martin Coiteux, n'a pas l'intention de s'immiscer dans le fonctionnement de la police de Saguenay malgré l'insatisfaction dénoncée par les agents.

Louise Quintin, du bureau de la direction des communications au ministère, mentionne que les services de police relèvent de la juridiction des municipalités et que c'est donc aux dirigeants de Saguenay d'y voir.

Les gens du ministère ont entendu parler du haut degré d'insatisfaction révélé dans un sondage de la Fraternité des policiers et policières de Saguenay et rendu public par Le Quotidien.

«Ce que nous savons, c'est qu'il y a présentement une enquête administrative qui se fait (comité paritaire). Nous n'avons pas l'intention de nous mêler de ce dossier pour le moment étant donné que le service de police se trouve sous la responsabilité de la Ville», de dire Mme Quintin.

En somme, le ministre peut demander la tenue d'une enquête sur un corps de police.

Par contre, il évite de le faire si la population continue de recevoir le service auquel elle est en droit de s'attendre.

Plainte contre Marc Sénéchal

Par ailleurs, le policier Dany Harvey a déposé une plainte à la Commission de la déontologie policière du Québec à l'endroit du capitaine à l'éthique de la Sécurité publique de Saguenay, Marc Sénéchal.

Les informations obtenues par Le Quotidien démontrent que le commissaire a autorisé la tenue d'une enquête sur les agissements du capitaine.

Le chef de la SPS, Denis Boucher, a confirmé cette semaine qu'une plainte avait été déposée par M. Harvey, mais n'a pas voulu aller plus loin dans ses commentaires, se contentant de dire qu'il avait toujours confiance en M. Sénéchal et qu'il n'était pas question de le réaffecter à un autre poste au sein de l'administration, malgré la demande de la Fraternité des policiers et policières de Saguenay.

Secrétaire générale de la Commission de déontologie policière du Québec, Me Monique Letarte confirme qu'une plainte a été déposée et qu'une enquête aura lieu.

«Mais je ne peux dévoiler les détails, car nos travaux sont confidentiels. Si cela devient public, c'est qu'il y a une citation à comparaître ou encore si les parties veulent faire connaître les conclusions», a mentionné Me Letarte.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer