Le présumé meurtrier de Sandra Fortin cité à procès

Sandra Fortin aurait été poignardée à son domicile... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Sandra Fortin aurait été poignardée à son domicile par Luc Hamel le 16 mars dernier.

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Chicoutimien Luc Hamel est cité à procès pour la séquestration et le meurtre au premier degré de la Jonquiéroise Sandra Fortin.

Luc Hamel... (Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque) - image 1.0

Agrandir

Luc Hamel

Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Le juge Michel Boudreault, de la Cour du Québec, en est venu à cette conclusion après un peu plus d'une journée d'enquête préliminaire sur ce tragique événement survenu le 16 mars 2016 à la résidence de la dame de 52 ans, de la rue de La Prairie, à Jonquière.

Lors de l'enquête préliminaire, tenue sous une ordonnance de non-publication, Me Jean-Sébastien Lebel, de la Couronne, a pu présenter les éléments de preuve nécessaires pour envoyer Hamel, 57 ans, de la Rimbaud, à Chicoutimi, en procès.

Me Lebel et son collègue de la défense, Me Dominic Bouchard, devraient pouvoir fixer la date de procès devant un juge de la Cour supérieure du Québec et un jury de 12 personnes au terme des assises criminelles prévues pour le 15 décembre à la salle 3,09 du Palais de justice de Chicoutimi.

Luc Hamel est accusé d'avoir mis fin aux jours de Mme Fortin, qui était l'une de ses connaissances. Selon les informations policières fournies au moment de la découverte du corps de l'ex-secrétaire du Syndicat national des employés de l'aluminium d'Arvida (SNEAA), Hamel, un professeur de Tai chi, aurait commis l'acte au domicile de la victime. Il l'aurait poignardée et l'aurait ensuite transportée dans le coffre de sa voiture jusqu'à sa résidence de Chicoutimi.

C'est l'un des enfants de Mme Fortin, inquiet de ne pas avoir de nouvelles de sa mère depuis plusieurs heures, qui a communiqué avec les policiers de la Sécurité publique de Saguenay afin de mener une enquête de disparition.

«À l'étape de l'enquête préliminaire, je n'ai pas à évaluer la crédibilité des témoins et de l'accusé ni à évaluer la fiabilité de la preuve. Un soupçon de preuve est suffisant pour citer l'accusé à procès. Et j'en ai suffisamment, même si la preuve est faible, pour vous citer à procès pour séquestration, de même que le chef de meurtre au premier degré (prémédité et d'avoir tenu des propos délibérés) de Mme Sandra Fortin le 16 mars dernier», a mentionné le juge Boudreault. «Le tribunal retient que cette citation à procès démontre qu'un jury pourrait conclure à la culpabilité de l'accusé en fonction de la preuve à cette étape-ci de la procédure judiciaire», a ajouté le magistrat.

Hamel s'expose à une peine d'emprisonnement à perpétuité sans possibilité de libération avant 25 ans s'il est reconnu coupable de meurtre au premier degré. Il peut aussi être acquitté des accusations ou encore être déclaré non-responsable de ses actes. Il pourrait aussi être déclaré coupable de meurtre au deuxième degré. La peine est aussi l'emprisonnement à vie avec une possibilité de libération après 10 à 25 années sous les verrous.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer