Migneault criminellement responsable

Jean-Francois Migneault... (Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Jean-Francois Migneault

Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Jean-François Migneault, l'individu qui s'est introduit par effraction à la résidence de ses parents à Saint-Honoré, a été déclaré criminellement responsable de ses actes.

Le rapport médical a été remis aux procureurs, vendredi. Le personnel du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Saguenay-Lac-Saint-Jean a procédé à l'examen psychiatrique de l'individu et l'a retourné au centre de détention de Roberval.

Migneault fait face à des accusations d'introduction par effraction pour commettre une extorsion et de bris de probation à la suite de son entrée illégale dans la résidence de ses parents du boulevard Martel, à Saint-Honoré.

Au cours des jours à venir, Me Nicole Ouellet, de la Couronne, et Me Dominic Bouchard, en défense, devraient poursuivre les discussions afin de voir si Migneault demandera la tenu d'un procès ou s'il entend plaider coupable. 

Jomphe et Fontaine

Par ailleurs, Mario Jomphe, arrêté en compagnie de Migneault et de Frédéric Fontaine, a été remis en liberté. L'individu, qui avait un oeil au beurre noir, habitera chez une connaissance à Havre-Saint-Pierre et devra suivre une thérapie pour venir à bout de sa dépendance aux stupéfiants. Il a déposé 400 $ pour assurer le tribunal qu'il se comportera correctement durant le processus judiciaire.

Jomphe a été accusé de bris de probation et d'engagement et de possession de stupéfiants pour l'affaire de Saint-Honoré, alors que Fontaine était arrêté pour des bris. Les deux individus ont aussi été accusés d'une introduction par effraction, de vol qualifié, de possession d'une fausse arme et de séquestration dans une affaire survenue le 7 octobre dans un appartement de la rue des Hospitalières, à Chicoutimi.

Selon la preuve obtenue, les deux accusés auraient volé des objets et des stupéfiants dans l'appartement de la rue des Hospitalières. Comme le locataire se trouvait sur les lieux, le duo l'a séquestré durant un certain temps.

Le dossier de Fontaine a été remis au mardi 25 octobre, car Me Julien Boulianne tente de lui trouver une thérapie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer