Mort cinq jours après avoir été encorné

L'agriculteur, Laval Duchesne, est décédé vendredi soir dernier.... (Photo Le Quotidien, Isabelle Tremblay)

Agrandir

L'agriculteur, Laval Duchesne, est décédé vendredi soir dernier. Une enquête du coroner est présentement en cours afin de déterminer les circonstances de sa mort.

Photo Le Quotidien, Isabelle Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabelle Tremblay
Le Quotidien

Un producteur agricole de 58 ans a rendu l'âme cinq jours après avoir été chargé par un boeuf, la semaine dernière, au Lac-Saint-Jean.

Pour la communauté de Métabetchouan-Lac-à-la-Croix, la mort de Laval Duchesne, dans de pareilles circonstances, constitue un drame épouvantable. L'accident s'est produit le dimanche 9 octobre quand M. Duchesne faisait rentrer son troupeau à l'intérieur de l'étable. Il a été conduit et vu à l'hôpital après l'accident et a été retourné chez lui. Il est décédé vendredi soir dernier, vers 23h15, à son domicile.

Une enquête du coroner déterminera si M. Duchesne est bel et bien décédé des suites de cette histoire. «Est-ce qu'il y a eu décès consécutif à un accident survenu sur une ferme? Je suis au début de mon enquête et je ne ferai pas plus de commentaires pour le moment. La famille souhaite vivre son deuil dans l'intimité», mentionne le coroner, Sylvain Truchon.

À la Sûreté du Québec, une enquête est également en cours puisque les policiers ont été appelés à intervenir, vendredi soir, en assistance aux ambulanciers.

«Il est allé à l'hôpital et il est rentré à la maison le jour même. Il avait quatre côtes cassées et une entorse au pied. Les jours suivants, il n'allait pas très bien. Il ne bougeait pas et il était constamment assis sur une chaise. Il est parti vendredi», relate Jonathan Duchesne, l'un des fils de la victime.

Ce dernier s'affairait à réaliser d'autres tâches lorsque le boeuf s'en est pris à son paternel. «C'était un jeune boeuf. Nous l'avons envoyé à l'encan mercredi dernier. Il n'est plus ici.»

Quant à la cause réelle de la mort de son père, Jonathan, son frère et leur mère s'en remettent au coroner Truchon. «Pour le moment, on ne sait rien sur les causes du décès. Est-ce que c'est une hémorragie ou autre chose comme un caillot de sang? Est-ce qu'il y a eu un manquement quelque part? Nous attendons les résultats de l'enquête.»

«Mon père n'a jamais vu le boeuf arriver quand il a ouvert la porte de la clôture. C'est incroyable! Ça ne se peut juste pas et je ne le réalise pas encore. Je me ramasse avec une ferme entre les mains et une personne en moins avec qui je travaillais tous les jours», poursuit le fils de la victime.

Dans la petite localité, la nouvelle s'est répandue comme une traînée de poudre. Cette histoire n'est pas sans rappeler le décès tragique de Jean-Charles Tremblay, survenu en 1986. Ce dernier était maire de l'ancienne municipalité de Lac-à-la-Croix et il est décédé après avoir été encorné par un boeuf.

«C'est absolument tragique ce qui lui est arrivé. Je le connaissais personnellement. Il venait souvent à mon bureau. Je suis vraiment désolé pour la famille et je leur présente mes plus sincères condoléances. C'est quelqu'un qui venait régulièrement aux séances du conseil et avec qui j'avais de bonnes relations. C'est vraiment triste. On pensait que ce n'était qu'une rumeur au cours de la fin de semaine et elle m'a été confirmée ce matin (lundi). Ça ne se peut pas! C'était un gars en pleine forme», déplore Lawrence Potvin, maire de la municipalité.

Le Quotidien a tenté d'en savoir davantage auprès du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Saguenay-Lac-Saint-Jean, mais en vain, les dossiers cliniques des patients étant de nature confidentielle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer