Le sort des frères Goulet connu vendredi

Me Jean-Marc Fradette a avancé qu'il pourrait demander... (Photo Le Quotidien, Isabelle Tremblay)

Agrandir

Me Jean-Marc Fradette a avancé qu'il pourrait demander le retrait des chefs d'accusation contre son client, Guillaume Goulet. Mathieu Goulet (à gauche), quant à lui, pourrait en arriver à une entente avec la Couronne.

Photo Le Quotidien, Isabelle Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabelle Tremblay
Le Quotidien

Tout indique que la cause judiciaire des frères Mathieu et Guillaume Goulet pourrait franchir une étape cruciale, vendredi, au Palais de justice de Roberval.

Il aura fallu une longue journée de négociations entre les parties impliquées avant que celles-ci annoncent au juge Richard P. Daoust, jeudi, en fin de journée, qu'un règlement était sur le point d'intervenir.

Le procureur de l'ex-pharmacien Mathieu Goulet, Me Luc Tourangeau, a avancé en salle d'audience que son client pourrait enregistrer un plaidoyer de culpabilité sur certaines accusations à la suite d'une entente intervenue avec la procureure de la Couronne, Me Claudine Roy.

Quant à l'avocat du dentiste Guillaume Goulet, Me Jean-Marc Fradette, il a laissé entendre qu'il demanderait à ce que les accusations qui pèsent contre son client soient retirées.

«Le plaidoyer va sceller le sort de tous les dossiers», a mentionné au juge la représentante de la poursuite, Me Claudine Roy.

Dans cet ordre d'idée, les personnes appelées à témoigner dans le cadre du procès ont été libérées.

Le procès des frères reprendra donc en début de journée, vendredi.

Mathieu et Guillaume Goulet font face à cinq chefs d'accusation de production et d'utilisation de faux documents et de fraude.

Les accusations concernent une fraude de plus de 5000$ commise à l'endroit de Denis Boily, oncle et partenaire d'affaires des deux frères dans Habitation design DMG. De fausses résolutions de compagnie et de convention d'actionnaires auraient été produites et utilisées. Les événements se seraient déroulés entre août 2009 et décembre 2011.

Mathieu Goulet est actuellement en appel concernant le verdict de culpabilité qui lui a été imposé par la juge Sonia Rouleau concernant la production d'une fausse hypothèque légale de 390 000$ dans le but de flouer son ex-conjointe.

Ce pharmacien radié de son ordre a plaidé coupable le 25 novembre 2015 d'avoir fraudé et falsifié des documents afin d'obtenir une subvention de la Ville de Saint-Félicien pour la rénovation d'une bâtisse.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer