Un militaire de Bagotville accusé d'agressions sexuelles

Jason Roy-Lagacé, un militaire de Bagotville, fait face... (Photo tirée de Facebook)

Agrandir

Jason Roy-Lagacé, un militaire de Bagotville, fait face à des accusations très sérieuses, dont deux d'agressions sexuelles.

Photo tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Jason Roy-Lagacé, un militaire de la Base des Forces armées canadiennes à Bagotville, contestera toutes les accusations déposées contre lui, notamment celles d'agressions sexuelles sur d'anciennes compagnes.

Me Dominic Bouchard entend contester les accusations portées... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie) - image 1.0

Agrandir

Me Dominic Bouchard entend contester les accusations portées contre Jason-Roy Lagacé.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

L'homme de 30 ans, de la rue Coudé à Saint-David-de-Falardeau, fait face à 11 chefs d'accusation pour des événements remontant à 2014 et 2016. Outre les accusations d'agressions sexuelles, Roy-Lagacé est aussi accusé de harcèlement, menaces de mort, voies de fait et entrave au travail des membres de la police militaire.

L'homme a été arrêté jeudi et a comparu devant le juge Pierre Lortie, de la Cour du Québec, vendredi matin. Quelques heures plus tard, Me Dominic Bouchard, en défense, est parvenu à fournir des conditions à la Couronne afin de remettre son client en liberté.

«Toutes les accusations seront très fortement contestées. Malgré les allégations qui sont faites, mon client est présumé innocent. Et selon la version que j'ai de mon client, nous avons l'intention de contester l'ensemble des accusations», a soutenu Me Bouchard, à sa sortie du tribunal.

Selon les informations, Roy-Lagacé, qui n'a aucun antécédent judiciaire, est accusé d'avoir agressé sexuellement une première présumée victime, d'avoir été harcelant à son endroit et d'avoir fait en sorte qu'elle ait pu craindre pour sa sécurité.

Il aurait ensuite commis une agression sexuelle sur une autre victime. Lors de cette seconde agression, le militaire aurait aussi commis des voies de fait, des menaces de mort et l'aurait finalement harcelée.

De plus, il s'est aussi introduit par effraction dans une résidence de Saguenay en août 2014 et a brisé des conditions d'engagement.

L'homme, qui mesure environ 6 pieds et 2 pouces, a repris sa liberté en effectuant un dépôt de 3000$. Il devra garder la paix et ne pas avoir de contacts avec ses présumées victimes. Il ne peut les harceler ou les importuner.

La Couronne lui a aussi imposé la condition de prendre rendez-vous avec son médecin et suivre ses recommandations.

Le caporal et technicien en structure d'aéronef à la Base militaire de Bagotville n'a pas été suspendu, mais il est fort possible que des mesures disciplinaires soient prises sous peu.

«Aucune décision n'a encore été prise. La chaîne de commandement étudie le dossier. Il n'est pas impossible que des mesures soient prises. Nous prenons ces événements très au sérieux», a mentionné Marie-France Poulin, officière des affaires publiques à la 3e Escadre de la Base des forces armées de Bagotville.

«Nous nous attendons à une conduite exemplaire des membres des forces armées, tant dans le cadre de leur travail que dans leur vie personnelle. M. Roy-Lagacé aura à répondre des accusations portées contre lui», a conclu Mme Poulin.

Le dossier du militaire reviendra en Cour le 5 octobre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer