Paul-André Harvey: le Diocèse espère un règlement rapide

L'évêque du Diocèse de Chicoutimi, Mgr André Rivest,... (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

Agrandir

L'évêque du Diocèse de Chicoutimi, Mgr André Rivest, souhaite un règlement bientôt dans l'affaire du prêtre pédophile Paul-André Harvey.

Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patricia Rainville
Le Quotidien

Le processus de conciliation visant à indemniser les victimes de l'ancien prêtre Paul-André Harvey suit son cours. L'évêque du Diocèse de Chicoutimi, Mgr André Rivest, souhaite voir un aboutissement bientôt.

Le Diocèse de Chicoutimi a fait paraître une publicité, dans la plus récente édition du Progrès-Dimanche, affirmant que l'évêque souhaitait que « le processus judiciaire trouve son aboutissement dans les plus brefs délais pour toutes les parties impliquées ».

Questionné à ce sujet par Le Quotidien, dimanche, Mrg Rivest n'a pu donner de plus amples détails ni s'étendre sur le sujet.

« Ce que nous voulions par cette publication, c'est d'informer la population et dire que le processus se poursuit et que nous espérons bientôt un règlement qui permettra aux victimes de retrouver la paix et la sérénité perdues », a affirmé Mgr André Rivest.

Demande à la cour

L'Association des jeunes victimes de l'Église (AJVE) avait demandé l'autorisation à la Cour supérieure de déposer un recours collectif de 14 millions de dollars pour indemniser les victimes du prêtre pédophile.

L'organisme réclame un montant de 125 000 $ pour chacune des victimes à titre de dommages compensatoires. Une somme supplémentaire de 25 000 $ pour les dommages punitifs est réclamée à l'abbé Harvey et aussi à la Corporation épiscopale catholique romaine de Chicoutimi pour un total de 175 000 $ pour chaque victime.

Au cours du processus, la juge a également dû s'interroger sur la responsabilité de la Corporation épiscopale catholique romaine de Chicoutimi pour les abus de l'abbé Harvey, si elle doit être engagée solidairement pour sa responsabilité en négligeant d'intervenir pour empêcher la répétition des abus et si cette négligence a été intentionnelle.

Conférence de règlement

Toutes les parties sont engagées depuis la fin du mois d'avril dans une conférence de règlement à l'amiable confidentielle présidée par un juge de la Cour supérieure avec l'intention de régler le dossier. C'est la première fois que le Diocèse de Chicoutimi se soumet à un tel exercice.

« C'est la première fois, mais c'est une fois de trop », a ajouté l'évêque.

Paul-André Harvey a reconnu avoir posé des gestes à caractères sexuels sur 39 jeunes alors qu'il était curé, entre 1963 et 1987. L'ancien homme d'Église a demandé à quitter les ordres en écrivant au pape, lui évitant ainsi un procès canonique.

Paul-André Harvey a été condamné à six ans de pénitencier le 11 septembre 2015.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer