Chauffard du rang Saint-Paul: Yves Martin subira son procès le 24 octobre

Yves Martin subira son procès devant un juge... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Yves Martin subira son procès devant un juge de la Cour supérieure et un jury de 12 personnes à compter du 24 octobre.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Yves Martin subira son procès devant un juge de la Cour supérieure et un jury de 12 personnes à compter du 24 octobre avec le choix des 12 jurés.

Jeudi après-midi, le juge Raymond W. Pronovost, de la Cour supérieure du Québec, a présidé l'ouverture du terme criminel à la salle 3,09 du Palais de justice de Chicoutimi.

Me Michaël Bourget, de la Couronne, et Me Jean-Marc Fradette, en défense, ont demandé de pouvoir fixer rapidement le procès devant juge et jury.

Le tribunal a prévu de deux à trois semaines pour le procès, l'adresse du juge et les plaidoiries. Ensuite, le jury sera séquestré pour délibérer sur la culpabilité ou non d'Yves Martin.

Le présumé chauffard de 36 ans a été cité à procès, le 30 juin dernier, au terme de l'enquête préliminaire. Le juge Pierre Simard, de la Cour du Québec, maintient les accusations de conduite dangereuse, de négligence criminelle et de conduite avec les facultés affaiblies causant la mort de Mathieu Perron, de Vanessa Viger-Tremblay et de leur fils, Patrick.

Il faut se souvenir que l'accident mortel est survenu le 1er août 2015 dans le rang Saint-Paul, à Laterrière.

Au cours des semaines à venir, le tribunal rencontrera des citoyens de Saguenay afin que ceux-ci deviennent des jurés pour ce procès qui pourrait s'étirer sur une période de trois à quatre semaines.

Durant la procédure, le ministère public tentera de démontrer, par la preuve qu'il détient, que Martin, qui possède deux antécédents de conduite avec les facultés affaiblies, roulait à plus de 127 kilomètres à l'heure dans une zone de 80 km/h (120 km/h à l'impact) et présentait un taux d'alcoolémie de .179 (limite à .08).

De son côté, la défense verra à démonter la preuve notamment sur le taux d'alcool dans le sang de l'accusé et de la possibilité que ce soit la voiture des victimes qui ait pu se trouver dans la voie inverse du rang Saint-Paul. Me Fradette pourrait essayer de convaincre un jury que son client, en boisson ou non, n'aurait pu éviter l'impact mortel.

Les deux avocats ne craignent pas avoir de difficultés à trouver rapidement 12 jurés pour ce procès, dont les faits ont été très médiatisés depuis un peu plus d'une année.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer