L'Unité permanente anticorruption débarque à Saguenay

L'Unité permanente anticorruption (UPAC) est descendue dans les... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

L'Unité permanente anticorruption (UPAC) est descendue dans les bureaux de l'hôtel de ville de Saguenay et de Promotion Saguenay mercredi matin.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Normand Boivin
Le Quotidien

Des agents de l'Unité permanente anticorruption (UPAC) ont investi en début de journée, mercredi, l'hôtel de ville de Saguenay de même que les bureaux de l'organisme de développement Promotion Saguenay. Des premières boîtes de douments ont été saisies sur l'heure du dîner, mais l'opération est toujours en cours.

Les employés se sont rivé le nez à des policiers qui les ont retournés chez eux. Seuls les membres du Conseil du trésor, le maire, le directeur général de la ville et le responsable des communications sont autorisés à entrer.

La nouvelle s'est répandue comme une traînée de poudre dans la ville et le maire, Jean Tremblay, a commenté l'affaire sur les ondes des stations de radio. Il croit savoir que les policiers s'intéressent à des voyages de conseillers, « mais on ne sait jamais », a-t-il dit, notamment à KYK et Radio-Canada Saguenay.

Ce n'est pas la première fois que les enquêteurs effectuent une mission à Saguenay. Les voyages de conseillers ont fait beaucoup parler au cours des dernières années. Celui de Bernard Noël, à Nice, pour de la prospection au Tour de France, a débouché sur une condamnation et une suspension de 60 jours. M. Noël a reconnu ses torts.

Un autre voyage, encore sur la Côte d'Azur en passant par la Scandinavie, pour le compte du défunt Festival forestier de Shipshaw a mis en cause l'ancien conseiller Fabien Hovington. Il s'était rendu en Norvège, en compagnie du responsable des communications de Saguenay, Pierre Guillot, pour solliciter un championnat du monde, mais les médias avaient appris par après qu'ils n'avaient jamais adressé la parole aux autorités de la compétition et à la firme STIHL, commanditaire majeur dans ce genre de festival.

Aux élections suivantes, en 2013, Fabien Hovington a été battu dans son district, mais s'est trouvé un emploi dans un organisme paramunicipal.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer