Pas de «chance» pour Pascal Tremblay

Sous le coup d'une interdiction de conduire d'une année, le Jonquiérois Pascal... (Photo 123RF)

Agrandir

Photo 123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sous le coup d'une interdiction de conduire d'une année, le Jonquiérois Pascal Tremblay a été arrêté deux fois au volant d'un véhicule en l'espace de deux mois par... manque de chance, plaide le principal intéressé.

Tremblay écope donc d'une sentence de 60 jours de détention et d'une interdiction de conduire prolongée de deux années.

«Plusieurs ont la pensée magique qu'ils ne se feront pas prendre. Cela démontre ce que j'avance souvent. Chaque fois qu'une personne conduit alors que ça lui est interdit, elle va se faire prendre. Je vous crois lorsque vous dites que cela ne vous est arrivé que deux fois. Mais chaque fois, vous avez été pris», a lancé le juge Richard P. Daoust, de la Cour du Québec.

Le client de Me Olivier Théorêt a été condamné en novembre 2015 à une amende pour avoir été pris en état d'ébriété au volant de son véhicule. Voyant son permis de conduire révoqué pour 12 mois, il a été avisé que s'il conduisait, il serait probablement arrêté et condamné.

Le 8 août, Tremblay a vu les policiers de la Sécurité publique de Saguenay (SPS) l'intercepter après une vérification aléatoire de la plaque d'immatriculation. Comme l'information laissait voir que le conducteur n'avait plus de permis de conduire valide, ils l'ont arrêté. Il a été pris en défaut.

Il a été remis en liberté sous promesse de comparaître en octobre.

Mais le dimanche 11 septembre, il s'est à nouveau fait prendre. Même procédure. Vérification aléatoire. Même résultat, sauf que cette fois-ci, il a été conduit au quartier général de la SPS et ensuite amené au Palais de justice lundi matin.

«Je n'ai pris mon véhicule que deux fois depuis que j'ai eu ma sentence. Je ne me trouve pas chanceux de m'être fait prendre les deux fois», a indiqué Tremblay.

«C'est la première fois dans les 10 dernières années de ma vie que ça commençait à bien aller. Je me suis mis dans le trouble par moi-même. La drogue dans mon camion était là depuis longtemps. J'aurais dû m'en débarrasser bien avant», a mentionné l'accusé.

En plus des accusations d'interdiction de conduire, Pascal Tremblay a été pris en possession de 2,55 grammes de cannabis et de sept comprimés de méthamphétamines.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer