Pascal Pilote a plusieurs antécédents

Pascal Pilote a plusieurs antécédents remontant à la... (Archives Le Quotidin, Gimmy Desbiens)

Agrandir

Pascal Pilote a plusieurs antécédents remontant à la fin des années 1990.

Archives Le Quotidin, Gimmy Desbiens

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le conseiller municipal d'Alma, Pascal Pilote, a plaidé non coupable à des accusations de voies de fait avec lésions et menaces, mercredi, au Palais de justice d'Alma. L'homme d'affaires n'en est pas à ses premiers démêlés avec la justice. Il a déjà été reconnu coupable de conduite avec les facultés affaiblies, de refus de se soumettre à un test d'ivressomètre, de voies de faits avec lésions corporelles et d'entrave, des dossiers qui remontent à la fin des années 1990.

Dans le cas présent, Pascal Pilote aurait commis des voies de fait et proféré des menaces contre un autre homme d'affaires d'Alma, Steeve Boucher, à la brasserie Mario Tremblay d'Alma.

Mercredi, Pascal Pilote n'était pas présent au palais de justice. C'est Me Dominic Bouchard qui le représentait.

Le 21 octobre 1996, Pascal Pilote a été déclaré coupable de voies de fait avec lésions corporelles par le juge Jean-Paul Aubin. Il avait été condamné à payer une amende de 300$

Le 8 décembre 1997, l'homme d'affaires a enregistré un plaidoyer de culpabilité à des accusations de conduite avec les capacités affaiblies par l'alcool ou les drogues et de refus d'obtempérer à un ordre de se soumettre à un test d'ivressomètre ou à un test de coordination motrice. À cette époque, il n'y avait pas d'interdit de conduire pour un an après avoir été condamné, de sorte que Pilote a payé 300$ d'amende pour avoir conduit avec les facultés affaiblies et autant pour avoir refusé d'obtempérer.

Le 11 août 1998, l'homme d'affaires alors âgé de 22 ans a plaidé coupable à une accusation d'entrave, c'est-à-dire d'avoir volontairement entravé un fonctionnaire public ou un agent de la paix dans l'exécution de ses fonctions. Il a été condamné à payer une amende de 100$.

Pascal Pilote a été élu conseiller municipal sans opposition lors des deux dernières élections. Il avait été élu par scrutin en 2005. Il est également propriétaire de la Plaza I d'Alma et président de l'aéroport d'Alma.

Présent... sur le Web

Mercredi, pendant que les procédures se déroulaient en son absence au palais de justice almatois, Pascal Pilote a mentionné sur la page Facebook du journal Le Lac Saint-Jean «ne pas être coupable». «J'ai famille et enfants, ceux qui ne sont pas capables de parler en adulte abstenez-vous. Je ne suis pas coupable comprenez-vous le système?», a-t-il écrit.

Pascal Pilote n'était pas tenu par la cour d'être présent à cette étape des procédures. Son dossier sera de retour devant la juge Sonia Rouleau le 4 octobre.

«M. Pilote a raison à ce stade-ci (de dire qu'il est non coupable). On pense qu'il est non coupable. Il va nier sa responsabilité par rapport aux accusations portées», a expliqué Me Bouchard. L'avocat remplaçait son associé Me Charles Cantin, qui s'occupera du dossier.

Me Bouchard a souligné que l'histoire judiciaire a démontré que des accusations peuvent parfois mener à un acquittement. «Si M. Pilote est excellent comme conseiller municipal, s'il est excellent comme homme d'affaires aguerri qui a réussi et qui va continuer à réussir, il ne faudrait pas le juger coupable en avance pour ce genre d'infraction.»

Habile à siéger

Pascal Pilote est habile à siéger au conseil municipal malgré ses antécédents judiciaires, qui remontent à plusieurs années.

Pour être déclarée inhabile, une personne doit être déclarée coupable d'un acte qui constitue un acte punissable de deux ans d'emprisonnement ou plus. L'inhabilité dure soit pour cinq ans, soit pour le double de la période d'emprisonnement. La période de temps la plus longue est celle qui prévaut. C'est donc dire qu'une personne qui passerait quatre ans en prison ne pourrait être conseillère municipale pendant huit ans.

Or, Pascal Pilote n'a jamais été emprisonné pour les crimes dont il a été reconnu coupable dans la vingtaine.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer