Des milliers d'antidémarreurs

Les personnes coupables d'une infraction liée à l'alcool... (Archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Les personnes coupables d'une infraction liée à l'alcool et dont le permis est révoqué peuvent, selon certaines conditions, uniquement conduire un véhicule muni d'un antidémarreur éthylométrique.

Archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Plus de 19 000 conducteurs avaient un antidémarreur éthylométrique sur leur véhicule, en mai, au Québec. De ce nombre, ils étaient 889 au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Les personnes coupables d'une infraction liée à l'alcool et dont le permis est révoqué peuvent, selon certaines conditions, recevoir un permis restreint. Elles peuvent uniquement conduire un véhicule muni d'un antidémarreur éthylométrique, c'est-à-dire muni d'un appareil électronique qui empêche leur voiture de démarrer dès que l'antidémarreur détecte la présence d'alcool dans l'organisme du conducteur.

C'est en Montérégie que le nombre de conducteurs ayant un antidémarreur éthylométrique est le plus élevé au Québec, avec 3206 en mai.

Plus de 19 000 conducteurs avaient un antidémarreur... (Infographie Le Quotidien) - image 2.0

Agrandir

Infographie Le Quotidien

«L'alcool est l'une des principales causes de décès sur nos routes, explique Lyne Vézina, directrice de la recherche et du développement en sécurité routière à la SAAQ. Parfois, la population a tendance à croire que c'est le seul fait des récidivistes. Oui, on peut s'attaquer aux multirécidivistes, oui, c'est inacceptable, mais la majorité qui se fait prendre, c'est pour la première fois. Plusieurs conducteurs ne se sentent pas concernés par l'alcool au volant, sont des buveurs sociaux, mais pourtant ça leur arrive aussi.»

La pose d'un antidémarreur éthylométrique n'est pas obligatoire, mais raccourcit la période d'interdiction de conduire pour les personnes arrêtées avec les facultés affaiblies.

En bref

  • Suspensions immédiates
Même si le Saguenay-Lac-Saint-Jean représente l'une des régions où le nombre de boissons alcoolisées consommées par personne par jour est l'un des plus élevés, la région est 5e sur 17 pour le nombre de suspensions immédiates du permis de conduire pour conduite avec les facultés affaiblies.

Rien pour s'enorgueillir, toutefois, avec une moyenne de plus de 700 suspensions par année entre 2005 et 2014.

  • L'excès de vitesse
La majorité des infractions entraînant l'inscription de points d'inaptitude au Québec concernent l'excès de vitesse (71%). Les autres types d'infractions les plus fréquentes sont l'omission de se conformer à un panneau d'arrêt (12%), l'omission de porter la ceinture de sécurité (6%) et l'omission de se conformer à un feu rouge (4%).

  • Moyenne annuelle
Une moyenne de plus de 24 000 contraventions sont données annuellement dans la région pour excès de vitesse, depuis 2005. Les taux pour 100 000 titulaires de permis de conduire placent la région, bon an mal an, dans la moyenne des régions québécoises.

  • Ceinture de sécurité
Les conducteurs de la région ne semblent pas portés à utiliser la ceinture de sécurité, selon les données de la SAAQ. Ils sont ceux qui ont proportionnellement reçu le plus de condamnations pour «omission de porter la ceinture de sécurité», en 2014. Avec 1370 infractions pour 100 000 conducteurs, la région devance l'ensemble des régions du Québec.

À titre de comparaison, la région de la Capitale-Nationale semble être la plus disciplinée à cet égard, avec 573 contraventions par 100 000 conducteurs. Il est à noter que les policiers de la région ont maintes fois réalisé des campagnes de sensibilisation, et même des «opérations ceintures», au cours des dernières années.

  • Amendes non payées
Les Montréalais «dominent» outrageusement dans la catégorie des amendes non payées. Pour une raison que même la directrice de la recherche à la SAAQ n'est pas capable d'expliquer, il y a eu un taux de 11 017 sanctions pour 100 000 permis de conduire pour amendes non payées dans la région de Montréal, en 2014.

Un nombre qui se maintient année après année dans la métropole. À titre de comparaison, ce même taux pour 100 000 au Saguenay-Lac-Saint-Jean est de 2809 en 2014. Seules deux régions, le Bas-Saint-Laurent et Chaudière-Appalaches, font mieux que les Saguenéens et les Jeannois à ce chapitre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer