Coupable 45 ans après les faits

André Tremblay saura en janvier 2017 s'il aura... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

André Tremblay saura en janvier 2017 s'il aura une sentence pour deux crimes commis chez les adultes ou si l'un des deux sera évalué comme une infraction jeunesse

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

André Tremblay a plaidé coupable à deux séquences d'attouchements sexuels sur un mineur. Il reste à déterminer si l'homme de Saint-Honoré doit recevoir deux sentences pour adultes dans ces dossiers ou si sa première infraction, commise alors qu'il était mineur, doit être traitée au Tribunal de la jeunesse.

L'homme de 63 ans a été impliqué dans ces événements en 1970 et en 1973. 

À la première occasion, Tremblay a croisé la victime de 10 ans au moment où celle-ci était sur le chemin du retour à la maison. Il a offert au jeune homme de le ramener chez lui. L'accusé, âgé alors de 17 ans, a profité de l'occasion pour masturber sa victime, lui faire des fellations et se faire faire la même chose en retour.

Quelques années plus tard, alors âgé de 21 ans, Tremblay a revu sa victime sur le bord de la route et il lui a offert un transport.

L'adolescent, alors âgé de 14 ans, sortait d'un bar et était en état d'ébriété. L'agresseur a profité de l'occasion pour entraîner le jeune garçon sur la banquette arrière du véhicule. Ils ont retiré leurs vêtements.

L'accusé est allé jusqu'à sodomiser sa victime, qui lui a dit d'arrêter, car ça lui faisait mal. Tremblay a refusé. Le jeune homme a dû le frapper aux côtes pour se défaire de son emprise.

«Je suis sincèrement désolé. J'étais en boisson à cette époque. Je vis avec ça et j'ai bien de la misère», a mentionné Tremblay, en s'adressant au juge Richard P. Daoust, de la Cour du Québec.

La victime, aujourd'hui âgée de plus de 40 ans, a assisté aux plaidoyers de culpabilité sans broncher. À l'extérieur de la salle d'audience, il s'est dit soulagé d'avoir dénoncé cette situation en 2012.

Maintenant que le client de Me Luc Tourangeau a reconnu ses torts, il reste à déterminer si les deux sentences se feront au tribunal des adultes ou si la première décision doit concerner le Tribunal de la jeunesse.

«Il faut évaluer si l'accusé peut être assujetti à une peine pour adulte dans le premier dossier. Une évaluation sera faite dans le cadre de la confection du rapport présentenciel et les conclusions seront débattues devant le juge. Celui-ci devra déterminer si l'accusé aura la sentence (première infraction) aux adultes ou à la jeunesse», mentionne Me Mélanie Paré, du bureau du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP).

De son côté, Me Tourangeau demande à ce que son client soit condamné à une peine sous la loi du tribunal de la jeunesse et la seconde au tribunal des adultes.

«Ça peut jouer beaucoup sur la peine à recevoir. S'il reçoit une sentence aux adultes pour les deux dossiers, la peine pourrait être plus sévère», de noter Me Tourangeau.

La décision sera rendue le 16 janvier 2017.

André Tremblay pourrait écoper d'une peine de prison en société selon le Code criminel canadien applicable dans les années 70. Il est fort probable que la Couronne puisse demander de la prison ferme notamment en raison de l'épisode de sodomie, l'acte se situant parmi les plus graves dans les cas d'agression sexuelle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer