Vol de plusieurs milliers de dollars à l'Entrepôt du hockey

Guillaume Roy, copropriétaire de l'Entrepôt du hockey, estime... (Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

Guillaume Roy, copropriétaire de l'Entrepôt du hockey, estime le montant du vol entre 20 000 $ et 25 000 $.

Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laura Lévesque
Le Quotidien

L'Entrepôt du hockey de Chicoutimi a été cambriolé dans la nuit de samedi à dimanche. Un ou des malfaiteurs ont dérobé près d'une centaine de paires de patins, après avoir éventré le mur extérieur du bâtiment. Le vol dépasse les 20 000 $ en valeur marchande. «Nos patins se détaillent de 100 $ à 1000 $. On n'a pas terminé de faire le décompte des patins dérobés. Mais on peut avancer que ça va se jouer entre 20 000 $ et 25 000 $. Ce sont des pertes énormes. Il y a des assurances, mais ça ne couvre pas tout», pointe Guillaume Roy, un des copropriétaires du magasin situé sur le boulevard Talbot.

Guillaume Roy, copropriétaire de l'Entrepôt du hockey, estime... (Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais) - image 1.0

Agrandir

Guillaume Roy, copropriétaire de l'Entrepôt du hockey, estime le montant du vol entre 20 000 $ et 25 000 $.

Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Guillaume Roy, copropriétaire de l'Entrepôt du hockey, estime... (Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais) - image 1.1

Agrandir

Guillaume Roy, copropriétaire de l'Entrepôt du hockey, estime le montant du vol entre 20 000 $ et 25 000 $.

Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Les policiers de la Sécurité publique de Saguenay (SPS) ont été appelés à se rendre sur les lieux dimanche, à l'ouverture du commerce. Les étagères accueillant les patins étaient vides à l'arrivée des employés.

Selon les informations policières, le ou les malfaiteurs se sont introduits en défonçant le mur extérieur de l'édifice. Ils ont ensuite été en mesure de s'introduire à l'intérieur, sans faire sonner l'alarme.

Les propriétaires du commerce ont invité les gens qui détiennent des informations sur cet événement à communiquer avec eux, par le biais de leur page Facebook.

«C'est la première fois qu'on a un vol de cette ampleur. Et les voleurs semblaient savoir ce qu'ils faisaient. Si on peut éviter que ça se reproduise ailleurs, on va le faire. Peut-être qu'une personne a entendu quelque chose ou une autre a vu des patins à vendre sur un site», donne en exemple Guillaume Roy.

Au moment d'écrire ces lignes, les policiers n'avaient toujours pas appréhendé de suspect.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer