Ouellet reste derrière les barreaux

Jonathan Ouellet... (Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Jonathan Ouellet

Archives Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laura Lévesque
Le Quotidien

Accusé d'avoir enlevé, séquestré, battu et agressé sexuellement le nouveau copain de son ex-conjointe, Jonathan Ouellet demeurera derrière les barreaux pendant les procédures judiciaires.

La juge Sonia Rouleau a refusé de libérer l'homme pour éviter de compromettre la sécurité du public, mais surtout pour maintenir la confiance du public envers le système de justice.

Les gestes reprochés à Ouellet remontent à août 2015, alors que lui et son complice ont enlevé un jeune homme de 20 ans à Chicoutimi. L'accusé a étranglé la victime avec une corde en plus de lui percer le prépuce du pénis avec un couteau. C'est ce crime qui a valu à Ouellet une accusation d'agression sexuelle. 

L'accusé, représenté par Me Louis Belliard, n'en est pas à ses premiers démêlés avec la justice. Ouellet a déjà plaidé coupable à des accusations semblables, dont une séquestration survenue en 2006.

Un entrepreneur de Fermont et ancien détenu a offert de cautionner Ouellet pendant les procédures judiciaires. Denis Michaud a promis de surveiller l'accusé et de le ramener à Saguenay lorsque la cour l'exige, mais son offre n'a pas été suffisante pour convaincre la juge.

« C'est à vous, M. Ouellet, que je dois faire confiance et je ne vous fais pas confiance. Le risque de dangerosité est important pour le public si vous êtes remis en liberté, a déclaré sans détour la juge Sonia Rouleau. Et à la question ''est-ce qu'un public bien informé serait choqué si vous étiez remis en liberté ? " Je n'ai aucune hésitation à répondre oui », a-t-elle ajouté. 

Même si ce n'était pas le procès de Ouellet, la juge a déjà conclu que la preuve contre Ouellet était « accablante » et que s'il était reconnu coupable, « une longue peine » de détention l'attendait. 

Le complice de Jonathan Ouellet, Alex Bergeron, a quant à lui plaidé coupable il y a plusieurs mois. Il a obtenu une sentence de deux ans de prison en société, car le ministère public a réduit les accusations dans son cas. 

En plus d'avoir enlevé leur victime, les deux hommes ont également forcé le jeune homme à effectuer des retraits d'argent dans deux caisses de Chicoutimi. 

Ouellet et Bergeron ont plus tard laissé leur victime près de sa résidence, en le menaçant de représailles s'il parlait aux policiers.

C'est le père de la victime qui a alerté les autorités en voyant son fils blessé et en état de choc. Ouellet et son complice ont été arrêtés quelques heures plus tard. La preuve contre l'accusé comprend notamment des témoignages et des bandes vidéos montrant leurs déplacements.

L'ex-conjointe de l'accusé a aussi porté plainte pour violence conjugale. Selon sa version, Ouellet l'aurait violemment frappée à plusieurs occasions au cours de leur relation qui a duré moins d'un an. 

L'accusé devrait revenir devant le tribunal au cours des prochaines semaines pour la suite des procédures.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer