Décès de Régis Tremblay: la SOPFEU en deuil

Le pompier forestier, Régis Tremblay, 61 ans de... (Photo courtoisie)

Agrandir

Le pompier forestier, Régis Tremblay, 61 ans de Saint-Bruno, est décédé au combat, dimanche, dans le parc de Chibougamau. C'est le deuxième pompier forestier à mourir au combat dans l'histoire de la Société de la protection des forêts contre le feu (SOPFEU).

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabelle Tremblay
Le Quotidien

La journaliste du Quotidien, Isabelle Tremblay, a côtoyé le pompier Régis Tremblay, décédé en fonction, lorsqu'elle était à l'emploi de la Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU)

La grande famille de la SOPFEU est en deuil. Le pompier Régis Tremblay est décédé en faisant l'une des choses qu'il aimait le plus au monde, combattre un incendie de forêt.

Le pompier forestier de 61 ans avait son métier tatoué sur le coeur. Ce dernier en était à sa 30e saison de protection. Impliqué parmi ses confrères, M. Tremblay était le président du syndicat des pompiers forestiers.

Ayant côtoyé Régis durant quelques années lors d'une expérience de travail à la SOPFEU, je me souviens comme si c'était hier de ce grand homme mince à la bonne humeur contagieuse.

Citoyen de Saint-Bruno, ce vieux routier avait de l'expérience derrière la cravate. Il s'agissait d'un mentor pour la relève. Bon vivant, il était aussi doté d'un calme redoutable. Il était toujours prêt comme un soldat pour s'attaquer à l'ennemi.

Le métier de pompier forestier n'est pas de tout repos. Les sapeurs travaillent généralement dans des conditions extrêmes où la chaleur et la fumée sont inévitables. Les heures de travail sont laborieuses, mais ô combien valorisantes pour ces vaillants combattants.

Régis Tremblay était au nombre de ces passionnés qui, chaque été, revêtaient leur uniforme aux couleurs de la SOPFEU pour sauver et protéger les forêts du Québec. Un chic type, dont la mort nous démontre à quel point il faut savourer chacun des moments que nous offre la vie.

Dans l'histoire de la SOPFEU, Régis est le deuxième pompier forestier à avoir perdu la vie au combat. Le premier cas similaire est survenu en 2011, dans le secteur de Val-d'Or.

Événements

Régis Tremblay est décédé dimanche après-midi, après avoir été frappé par un malaise. Il était affecté au combat d'un incendie, dans le secteur du parc de Chibougamau.

Des équipes de Roberval et de La Tuque travaillaient sur un brasier d'une superficie de onze hectares. Peu de détails sont disponibles sur les circonstances de ce qui s'est produit.

Des mesures d'urgence ont été mises en place dès que l'homme s'est effondré sur le sol. Il a été transporté à Roberval en hélicoptère. Des tentatives de réanimation lui ont été prodiguées jusqu'à l'arrivée des ambulanciers qui l'ont conduit au centre hospitalier, où son décès a été constaté.

La porte-parole de l'organisation, Josée Poitras, indique que les détails entourant cet événement devront être précisés. «Est-ce que le décès a été occasionné en lien avec l'incendie ou une condition physique préexistante? La Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) mène une enquête et elle agira selon ses procédures.»

Une intervenante du Programme d'aide aux employés (PAE) s'est rendue dans les bureaux de la SOPFEU, lundi matin, pour offrir du soutien psychologique aux personnes dans le besoin.

Les collègues de travail de Régis Tremblay ne souhaitaient pas émettre de commentaires sur cet incendie qui a pris une tournure dramatique pour eux.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer