Chute mortelle du 3e étage de l'Hôpital de Jonquière

Les pompiers de Saguenay sont venus en aide... (Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay)

Agrandir

Les pompiers de Saguenay sont venus en aide aux policiers afin d'aller récupérer le corps. L'opération n'a pas nécessité un grand déploiement, puisqu'ils ont pu passer par une fenêtre qui donnait sur l'endroit.

Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un homme de 76 ans a fait une chute mortelle à l'Hôpital de Jonquière, samedi, vers 15 h 15. Il est tombé d'une fenêtre du troisième étage, alors qu'il était hospitalisé dans l'aile réservée aux personnes âgées.

L'homme n'a pas frappé le sol lors de sa chute. Il a plutôt atterri sur le toit d'un bâtiment qui était situé plus bas. Le décès a été constaté sur place. Selon le lieutenant Denis Harvey de la Sécurité publique de Saguenay (SPS), il s'agirait d'un geste volontaire.

Le coroner Sylvain Truchon s'est rendu sur les lieux pour amorcer l'enquête. «À première vue, ç'a l'air d'un suicide», a-t-il mentionné. La conclusion officielle sera déposée lorsque le coroner aura en main toute l'information possible, notamment les résultats de l'enquête des policiers, de l'analyse de la scène, en plus des résultats de l'autopsie, dans l'éventualité où il y en aurait une.

L'homme est tombé du troisième étage à l'hôpital... (Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay) - image 2.0

Agrandir

L'homme est tombé du troisième étage à l'hôpital de Jonquière. Son décès a été constaté sur place.

Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay

Le porte-parole du CIUSSS, Marc-Antoine Tremblay, mentionne que... (Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay) - image 2.1

Agrandir

Le porte-parole du CIUSSS, Marc-Antoine Tremblay, mentionne que plus d'informations sur les circonstances de l'événement seront disponibles dans les prochains jours. 

Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay

C'est une citoyenne qui a contacté les forces de l'ordre, après avoir vu un homme tomber de la fenêtre. Les pompiers ont été appelés sur les lieux pour venir en aide aux policiers. 

«Ç'a été une opération relativement facile pour nous. Nous n'avons pas eu besoin de faire un grand déploiement, puisqu'on a pu passer par une fenêtre qui donnait sur l'endroit», a expliqué le chef aux opérations de la Sécurité incendie de Saguenay, Éric Morin.

Selon le lieutenant Harvey, des personnes du Service d'identité judiciaire se sont également déplacées, afin d'aller faire des prélèvements, notamment sur le bord de la fenêtre.

Cueillette d'informations

«On est en train de recueillir le plus d'informations possible. Le plus important présentement, c'est tout le volet psychosocial, autant pour la famille que pour les employés de l'hôpital», a mentionné le porte-parole du CIUSSS du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Marc-Antoine Tremblay.

«C'est un événement très malheureux qui s'est produit», a-t-il ajouté.

Selon lui, des professionnels ont déjà rencontré les personnes qui auraient pu être touchées par l'événement. «Nos équipes sont déjà en place», a-t-il affirmé.

D'après M. Tremblay, le patient était un homme calme. Pour le moment, le porte-parole ne veut pas préciser les raisons pour lesquelles la victime était hospitalisée.

Par ailleurs, le porte-parole estime qu'il faudra attendre les résultats de l'enquête pour faire la lumière sur ce qui s'est passé avant de déterminer les mesures qui seront à prendre.

D'autres cas récents

D'autres événements semblables ont été rapportés par les médias au cours des dernières années.

En 2012, une femme de 69 ans hospitalisée à l'Hôpital de Chicoutimi avait fait une chute de deux étages. Elle souffrait de problèmes de santé mentale.

Elle était tombée sur un petit toit d'une largeur de quelques mètres et avait subi plusieurs fractures, mais n'était pas décédée.

En 2007, un homme de 26 ans s'était jeté en bas d'une fenêtre de l'Hôtel-Dieu de Lévis. Il était hospitalisé parce qu'il s'était volontairement fait mal à un oeil, et avait faussé compagnie à l'employée qui le ramenait à sa chambre après une série d'examens. Il était tombé du huitième étage.

L'Hôtel-Dieu de Lévis n'avait pas été tenu responsable de l'accident, selon le rapport du coroner Luc Malouin. Toutefois, l'hôpital avait tout de même pris des mesures pour qu'un tel événement ne se reproduise pas. En effet, la direction avait revu ses politiques et ses procédures, en plus d'installer des barres métalliques sur plusieurs des fenêtres de l'hôpital.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer