Mashteuiatsh: version des faits des conseillères

Fabien Paul écope d'une peine d'emprisonnement en collectivité... (Photo Le Quotidien, Louis Potvin)

Agrandir

Fabien Paul écope d'une peine d'emprisonnement en collectivité pour avoir agressé une adolescente dans les années 90.

Photo Le Quotidien, Louis Potvin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

Les deux conseillères de Mashteuiatsh, Marjolaine Étienne et Julie Rousseau, ont décidé de publier une déclaration afin de donner leur version des faits entourant la pétition qui réclame leur démission par rapport à la culpabilité pour agression sexuelle de l'ex-directeur général Fabien Paul.

«Nous tenons d'abord à affirmer sans équivoque notre indignation face à toute forme de violence faite aux femmes. Les gestes posés par M. Fabien Paul sur une personne mineure de notre communauté entre 1996 et 1999 sont inadmissibles et ont été reconnus comme tels par les instances judiciaires le 22 juin dernier. Tout comme la victime, nous dénonçons la loi du silence. Nous tenons toutefois à préciser que rien dans les discussions que nous avons pu avoir avec cette dernière dans le passé ne nous laissait présager les gestes pour lesquelles M. Paul a été reconnu criminellement responsable», lit-on dans la déclaration expédiée au Quotidien.

«Allégations graves»

Les deux femmes tiennent à rétablir les faits concernant qu'elles auraient bloqué une résolution exigeant de mettre fin au contrat de Fabien Paul le 4 juin 2014.

«Il s'agit d'allégations graves qui portent atteinte à la rigueur, la probité et l'intégrité avec lesquelles nous exerçons notre rôle de représentantes de la population de Mashteuiatsh. En réalité, c'est justement sur le respect de ces mêmes principes de droit élémentaires qui régissent Pekuakamiulnuatsh Takuhikan que nous avons questionné le processus ayant mené à cette résolution. En l'absence de réponse satisfaisante, nous nous sommes abstenues de voter sur celle-ci. Jamais dans les discussions que nous avons eues avec les élus, les allégations d'agressions sexuelles concernant M. Paul n'ont été mentionnées, puisque les accusations contre lui ont été déposées en avril 2015», justifient-elles.

Marjolaine Étienne et Julie Rousseau n'ont pas voulu accorder d'entrevue à la suite de la publication de la déclaration. Elles l'ont conclu ainsi: «Finalement, nous tenons à remercier chaleureusement toutes les femmes et les hommes de notre communauté qui nous ont témoigné leur appui dans les dernières semaines. Vous êtes nombreuses et nombreux à reconnaître notre engagement envers la communauté. Nous en sommes profondément touchées et reconnaissantes».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer