Deux présumés trafiquants en liberté

Yvon Laprise pourrait voir ses deux résidences être... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Yvon Laprise pourrait voir ses deux résidences être saisies par le ministère public.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Yvon Laprise et Michel Roy, les deux présumés trafiquants de stupéfiants de Lac-Kénogami, ont repris leur liberté, mais sous de sévères conditions.

Le juge Michel Boudreault, de la Cour du Québec, a entériné, lundi, les conditions réclamées par Me Michaël Bourget, de la Direction des poursuites criminelles et pénales.

Michel Roy devra demeurer chez un ami à... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque) - image 2.0

Agrandir

Michel Roy devra demeurer chez un ami à Lévis durant les procédures judiciaires.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Laprise, 73 ans, et Roy, 60 ans, ont été arrêtés, mercredi dernier, lors d'une opération policière menée par la Sécurité publique de Saguenay, en collaboration avec la Sûreté du Québec, à leur résidence respective du 442 et du 450 route des Fondateurs, à Lac-Kénogami.

Les policiers avaient alors découvert plus de 650 plants de marijuana et plus de 14 kilogrammes de cannabis dans les deux maisons. La valeur estimée sur le marché noir est de plus de 965 000 $.

Leur avocate, Me Gitane Smith, avait reporté l'enquête de remise en liberté à lundi. 

Engagements

Les deux hommes ont pu reprendre leur liberté avec un engagement de 1000 $ (avec dépôt) et un autre de 500 $ sans dépôt de la part d'une tierce personne. 

Laprise et Roy ne peuvent par ailleurs plus communiquer entre eux et doivent se soumettre aux conditions habituelles de remise en liberté.

Le dossier des deux hommes se poursuivra le 12 juillet.

Résidences saisies

D'ici ce temps, le ministère public tentera de faire avancer les procédures de saisie des deux résidences, qui appartiennent à Yvon Laprise.

Les deux individus auront le droit de se rendre à leur maison à une reprise pour récupérer leurs effets personnels sous supervision policière.

Me Bourget a déjà signifié qu'une peine minimale de douze mois est prévisible pour Laprise et de dix-huit mois pour Roy (il a utilisé le sous-sol du coaccusé pour faire pousser des plants de marijuana) s'ils sont reconnus coupables.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer