Arrêté après 24 heures de liberté

Le Baieriverain Nicolas Côté n'aura pu profiter de sa liberté très longtemps. À... (123RF/Ammentorp)

Agrandir

123RF/Ammentorp

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Baieriverain Nicolas Côté n'aura pu profiter de sa liberté très longtemps. À peine 24 heures après être sorti du pénitencier, l'individu a été arrêté ivre au volant et en possession de plus de 1000 comprimés de métamphétamines.

Côté, du boulevard Saint-Jean Baptiste à La Baie, a vu Me Mélanie Paré, de la Couronne, déposer des accusations de conduite avec les facultés affaiblies, de possession de stupéfiants dans le but d'en faire le trafic et de bris de probation. 

L'individu de 39 ans est un habitué des palais de justice. En fait, depuis son passage à l'âge adulte, il a multiplié les infractions de tous les genres.

Le client de Me Charles Cantin avait plaidé coupable en 2004 à des accusations de délit de fuite, de conduite avec les facultés affaiblies, de vols, de voies de fait avec une arme blanche, d'entrave au travail des policiers, de méfait et de s'être enfui du pavillon de l'Assuétude à Shawinigan, alors qu'il se trouvait en thérapie en attendant sa sentence.

Mais Côté a fait faux bond à la justice durant... neuf ans. Lorsque le moment est venu de recevoir sa peine, il était absent du Palais de justice de Chicoutimi.

Il avait plutôt pris le chemin de l'Ouest canadien. Il a notamment travaillé, criminellement, en Colombie-Britannique et en Alberta. Dans ces deux provinces, il a été condamné à des peines de prison, sans que les autorités ne fassent de lien ou ne tentent de vérifier s'il avait des dossiers criminels au Québec.

Et ce n'est qu'en 2013 que Côté est revenu dans la province. Il s'était trouvé un emploi dans une fermette. Il n'a pas mis de temps à commettre de nouvelles frasques, car il a volé le véhicule de son employeur et a causé un accident. Il avait pris la fuite, mais avait été intercepté par les policiers, non pas sans qu'il leur fasse des menaces, qu'il commette des voies de fait et entrave le travail des policiers.

À son retour au tribunal, en novembre 2013, il a été condamné à 30 mois de pénitencier. 

Samedi matin, il venait à peine de revoir le soleil. Il a été arrêté sur le stationnement du restaurant McDonald's en état d'ébriété et avec plus de 1000 comprimés de métamphétamines sur la banquette arrière du véhicule.

Me Cantin a fixé l'enquête de remise en liberté au mardi 14 juin.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer