1 M$ de marijuana saisie à Lac-Kénogami

Les policiers ont découvert plusieurs plants de marijuana... (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

Agrandir

Les policiers ont découvert plusieurs plants de marijuana et des kilogrammes de cannabis dans cette résidence.

Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une saisie majeure de stupéfiants d'une valeur de 965 660$ sur le marché noir pourrait amener Michel Roy à purger 18 mois de prison pour avoir produit des plants de marijuana, alors que son complice, Yvon Laprise, s'expose à une peine de 12 mois d'emprisonnement pour la même accusation.

Les deux hommes de Lac-Kénogami ont comparu, jeudi matin, au Palais de justice de Chicoutimi, sous des accusations de production de marijuana, de possession d'en but d'en faire le trafic et de trafic de stupéfiants.

Les deux clients de Me Gitane Smith restent incarcérés jusqu'à lundi, minimalement, alors que leur enquête de remise en liberté se déroulera.

Plusieurs des plants étaient bien placés dans le... (Photo courtoisie, Sécurité publique de Saguenay) - image 2.0

Agrandir

Plusieurs des plants étaient bien placés dans le sous-sol de la résidence d'Yvon Laprise, à Lac-Kénogami.

Photo courtoisie, Sécurité publique de Saguenay

Une saisie majeure de... (Photo courtoisie, Sécurité publique de Saguenay) - image 2.1

Agrandir

Photo courtoisie, Sécurité publique de Saguenay

Les arrestations de Roy, 60 ans, et Laprise, 73 ans, ont eu lieu mercredi après-midi, après que les policiers de la Sécurité publique de Saguenay (SPS), assistés de ceux de la Sûreté du Québec (SQ), se soient présentés aux résidences du 442 et du 450 des Fondateurs à Lac-Kénogami. Ils y ont découvert 633 plants de marijuana et plus de 14 kilogrammes de cannabis.

Dans la maison occupée par Roy, ils ont découvert 275 jeunes plants et 4,8 kilogrammes de marijuana d'une valeur de 405 640$.

Dans la résidence de Laprise, les limiers ont trouvé 358 plants et 9,454 kilogrammes de marijuana qui auraient pu rapporter 559 940$ à son propriétaire s'il avait vendu le tout dans la rue.

Au moment de la lecture de l'acte d'accusation et de l'avis d'une peine minimale de prison, Yvon Laprise ne semblait pas saisir ce qui se passait.

Lorsque la juge Sonia Rouleau, de la Cour du Québec, s'est adressée à lui directement et lui a fait part de l'avis d'emprisonnement minimal s'il était reconnu coupable, Laprise a fait un signe de tête à l'effet qu'il avait compris.

L'article 7,1 2b, 3i du Code criminel canadien prévoit une sentence automatique de 12 mois de prison pour celui pris à produire plus de 200 plants et moins de 501 plants de marijuana.

«L'accusation de production de cannabis entraîne des peines minimales, selon la législation. Il pourrait y avoir 18 mois pour M. Roy, car il utilisait le logement de son voisin pour produire les stupéfiants. M. Laprise s'expose à une peine de 12 mois», a expliqué Me Michaël Bourget, procureur de la Couronne.

Les policiers ont découvert 633 plants de marijuana... (Photo courtoisie, Sécurité publique de Saguenay) - image 3.0

Agrandir

Les policiers ont découvert 633 plants de marijuana et plus de 14 kilogrammes de cannabis.

Photo courtoisie, Sécurité publique de Saguenay

«Pour l'instant, il ne devrait pas y avoir d'autres accusations. Certains éléments restent à voir, comme l'électricité des logements. Il reste à déterminer de quelle façon il se pourvoyait en électricité et il pourrait y avoir des accusations en ce sens», indique Me Bourget.

Ce dernier a précisé qu'Yvon Laprise possède un antécédent judiciaire remontant à 1998 pour du vol... d'électricité. Il avait été condamné à une amende de 150$.

«Mes clients semblent assez calmes. Nous allons préparer leur enquête de remise en liberté», a mentionné Me Gitane Smith.

Le procureur de la Couronne ne détient pas d'information voulant que les deux accusés agissaient au sein d'un groupe organisé.

L'enquête a été de courte durée et elle s'est faite à la suite d'une dénonciation du public.

Les deux hommes ont pris le chemin de la prison de Roberval et reviendront lundi pour leur enquête de remise en liberté.

Yvon Laprise est le propriétaire des deux résidences et il en louait une à Michel Roy depuis à peu près sept ans.

Chibougamau

D'autre part, le Service des enquêtes sur les crimes majeurs de la Sûreté du Québec, en collaboration avec les policiers du poste de Chapais-Chibougamau, a réalisé une perquisition à Chibougamau mercredi.

André Bernard, 55 ans, et Réjean Lord, 58 ans, tous deux de Chibougamau, ont été accusés en matière de trafic de stupéfiants.

La troisième personne arrêtée, une femme de Chibougamau, a été remise en liberté par sommation.

L'opération policière d'hier a mobilisé plus d'une vingtaine de policiers.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer