Attouchements sexuels: un accusé retire son plaidoyer de culpabilité

Alain Tremblay change d'avocat et demande à ce... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Alain Tremblay change d'avocat et demande à ce que son plaidoyer de culpabilité, pour des attouchements sexuels sur des enfants, soit retiré.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Jonquiérois Alain Tremblay devait prendre le chemin de la prison pour une période de six mois, lundi après-midi, pour avoir commis des attouchements sexuels sur deux jeunes filles de moins de sept ans.

À la surprise de tous, il a plutôt fait savoir au juge Jean Hudon, de la Cour du Québec, qu'il voulait retirer son plaidoyer de culpabilité et demandait la tenue de son procès.

Son procureur, Me Dominic Bouchard, a par le fait même demandé la permission au tribunal de se retirer du dossier, car il existait maintenant un profond désaccord avec son client sur la façon de voir les choses.

Le juge Hudon a accepté la demande du criminaliste. Il a mentionné à l'accusé qu'il devait se trouver un nouvel avocat rapidement et que celui-ci doit déposer, dans les plus brefs délais, une requête écrite pour que le client soit relevé de son plaidoyer de culpabilité.

Le 26 avril dernier, Tremblay, un homme de 56 ans, devait subir son enquête préliminaire en lien avec des attouchements sexuels. Il avait notamment touché la vulve des petites filles et avait commis des actes répréhensibles auprès d'une adulte. Mais devant la preuve recueillie par Me Sébastien Vallée, procureur de la Couronne, et devant les aveux des victimes, la défense avait renoncé à l'enquête préliminaire et avait plutôt suggéré à l'accusé de plaider coupable.

Me Bouchard avait fait valoir que la sentence pourrait être moins sévère avec un plaidoyer de culpabilité et surtout le fait de ne pas faire entendre les victimes. Les deux parties avaient même fait savoir au juge Hudon qu'elles étaient pour lui suggérer une peine de six mois d'emprisonnement. Le magistrat avait trouvé la sentence un peu mince et avait demandé aux procureurs d'étoffer leurs arguments.

Ce qui devait être fait lundi après-midi. Mais il y a eu volte-face.

Le juge Hudon entendra les avocats de la Couronne et de la défense, le vendredi 17 juin, sur les arguments concernant le retrait de plaidoyer de culpabilité. S'il accepte, une nouvelle enquête préliminaire pourrait être tenue et un procès pourrait suivre.

À partir de là, les accusations portées initialement concernant trois victimes seront à nouveau débattues et la suggestion commune de six mois d'emprisonnement ne tiendra plus.

Si le juge refuse le retrait du plaidoyer de culpabilité, il restera à voir la sanction qui pourrait être imposée à Alain Tremblay.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer