Jean-Marc Campion coupable d'attouchements

Jean-Marc Campion est reconnu coupable d'avoir fait des... (Photo tirée de Facebook)

Agrandir

Jean-Marc Campion est reconnu coupable d'avoir fait des attouchements sexuels sur une personne mineure. Son accusation va le mener à la prison. La peine sera connue plus tard.

Photo tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

Jean-Marc Campion, 58 ans et originaire de Saint-Félicien, est reconnu coupable d'avoir fait des attouchements sexuels sur une personne mineure de moins de 16 ans.

Le juge Pierre Lortie n'a pas cru l'accusé lors du procès et a considéré le témoignage de la victime «fiable, clair, convaincant et crédible». «Elle n'avait aucun intérêt à faire un faux témoignage», a-t-il mentionné.

Le verdict, prononcé vendredi en fin d'après-midi, a fait éclater en sanglots les nombreuses personnes présentes dans la salle d'audience du Palais de justice de Roberval. Elles se sont donné de chaudes accolades pour témoigner du soulagement que représentait la fin de cette douloureuse épreuve.

«C'est la première fois que j'assiste à un moment si fort en émotion dans une salle de cour. Le juge a été très clair et très délicat dans son verdict», a mentionné la procureure de la Couronne Me Julie Lajoie.

Jean-Marc Campion s'est effondré quand il a entendu le mot coupable résonner dans la salle d'audience. Il branlait la tête de découragement, complètement désemparé. Il faut dire que le juge n'a pas été tendre à son endroit. Pierre Lortie a été soufflé par les contradictions exposées par l'accusé. Il a commencé par nier les faits, avouer sa culpabilité aux policiers pour sauver du temps et ne pas avoir à payer un avocat, pour finalement nier à nouveau lors du procès. «Vous avez dit que jamais vous ne feriez une chose pareille et que vous arracheriez la tête à celui qui le ferait. Vous ne vouliez pas prendre un avocat pour vous défendre et vous n'avez pas téléphoné les policiers après votre interrogatoire pour changer votre déposition. C'est très contradictoire et étonnant. Dans ces circonstances, je ne crois pas l'accusé», a-t-il affirmé.

D'ailleurs, la procureure, lors des plaidoiries sur le verdict vendredi, a martelé «qu'un homme d'une intelligence comme monsieur Campion ne porterait pas l'étiquette de pédophile pour sauver du temps et de l'argent».

Campion a touché à trois reprises aux seins de la victime. À une autre occasion, il aurait mis sa main dans sa petite culotte. Les événements sont survenus entre le 23 et le 25 décembre 2014 dans une maison de la région de Montréal et à une autre reprise le 29 décembre dans une localité du Lac-Saint-Jean. Il n'est pas permis de donner trop de détails pour ne pas être en mesure d'identifier la victime.

Le juge Pierre Lortie a jugé que les faits exposés étaient véridiques et n'amenait pas de doute raisonnable. Il a rejeté les arguments avancés par l'avocat de Campion, Me Denis Otis, qui a évoqué que le témoignage de la victime contenait des contradictions, qu'elle avait décidé de retourner s'asseoir sur Campion ou d'aller dormir dans le même lit s'il y avait eu un attouchement auparavant et qu'il aurait fallu une «méchante audace» à son client pour réaliser des attouchements dans certains cas alors que des personnes se trouvaient dans la même pièce à quelques pieds de distance.

«Il y avait un contexte d'intimité qui rendait possibles les gestes posés», a tranché le juge.

Jean-Marc Campion s'expose à une peine d'emprisonnement minimale de trois mois. La date des représentations sur la peine sera connue en juin.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer