Incendie dans une ferme de Chambord

Le pire a été évité lors d'un incendie... (Photo Le Quotidien, Louis Potvin)

Agrandir

Le pire a été évité lors d'un incendie dans une ferme de Chambord. Soixante vaches sont saines et sauves.

Photo Le Quotidien, Louis Potvin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

Un incendie rapidement maîtrisé, dans un bâtiment de ferme de Chambord, a évité que 60 vaches périssent.

Serge Bouchard... (Photo Le Quotidien, Louis Potvin) - image 1.0

Agrandir

Serge Bouchard

Photo Le Quotidien, Louis Potvin

Le brasier a pris naissance dans une machinerie agricole entreposée dans un hangar situé à côté de l'étable de cette ferme du rang des Sables à Chambord. « J'étais en train de traire les vaches quand j'ai senti une odeur de fumée. Quand j'ai ouvert la porte pour aller voir dans le hangar, la fumée était déjà très présente et ç'a commencé à entrer dans l'étable », a confié le propriétaire, Serge Bouchard, qui était sous le choc. Il a craint le pire, car il a déjà été victime d'un incendie dans les années 90. Vingt vaches avaient alors péri. « On ne veut jamais revivre une épreuve comme ça ».

Ce dernier a eu l'impression que les pompiers ont mis du temps à se rendre sur les lieux. « Je pense que ç'a pris plus de vingt minutes et les citernes sont arrivées après. C'est sûr qu'on trouve ça toujours trop long quand ça nous arrive », a-t-il témoigné.

Le chef de division, Guy Mailhot, assure que le temps de réaction a été très bon, sans pouvoir donner le minutage exact. C'est cette rapidité qui aurait permis entre autres de sauver les bêtes. « Nous avons dû prendre une décision très rapide. Est-ce qu'on essaie de faire sortir les bêtes où on s'attaque au feu? On a réussi à confiner l'incendie rapidement et aucune vache n'est morte. Elles ont seulement été incommodées par la fumée », a-t-il affirmé.

Pour sa part, Serge Bouchard craignait que certaines conservent des séquelles à cause de la fumée. Le vétérinaire va les évaluer. Il y avait beaucoup de boucane à un moment donné. Les vaches ont des poumons fragiles. Je vais peut-être en perdre quelques-unes », a-t-il confié.

Ce qui a compliqué le travail des pompiers, c'est qu'il n'y a pas de borne-fontaine dans ce rang. Des citernes de Chambord, Desbiens, Métabetchouan, Roberval et Mashteuiatsh ont été demandées pour prêter main-forte. Une trentaine de sapeurs ont combattu l'incendie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer