Quinze mois en société pour Luc Fillion

Le fraudeur jonquiérois Luc Fillion écope d'une peine de 15 mois de prison en... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le fraudeur jonquiérois Luc Fillion écope d'une peine de 15 mois de prison en société pour avoir fraudé quatre victimes d'une somme de plus de 15 000$ au cours de l'année 2013.

L'homme de 35 ans a plaidé coupable, mercredi, au Palais de justice de Chicoutimi, devant le juge Richard P. Daoust, de la Cour du Québec. Me Claudine Roy, du bureau du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP), a alors demandé une suspension conditionnelle des accusations de fraude contre sa conjointe, Sonia Girard, et sa mère, Moïsette Tremblay.

Au tribunal, Fillion a reconnu les crimes qu'il a commis. Il a expliqué la situation par le fait qu'il vivait une période économique difficile, qu'il était aussi une victime d'extorsion et qu'il n'arrivait plus à joindre les deux bouts.

Luc Fillion a notamment commis une fraude auprès de Lorenzo et Michel Vaillancourt. Il avait remis deux chèques de 900$, qui étaient sans fond, en plus de faire un prêt pour l'achat d'une voiture auprès des deux victimes. Une fois que les deux chèques de 900$ ont été retournés, les victimes ont demandé à ce que la situation soit réglée, surtout que l'institution financière avait chargé divers frais. Pour se rattraper, Fillion leur a refait un chèque de 8000$ afin de compenser les pertes. Sans surprise, les fonds n'étaient pas au rendez-vous.

La même histoire

Ne s'arrêtant pas là, l'accusé, qui possède plusieurs antécédents en matière de fraude, est allé acheter du matériel chez Mini mécanique et a payé avec un chèque. La même histoire se répète. Lorsque le papier rebondit, Fillion s'excuse auprès du propriétaire, prétextant une erreur. Il lui dit qu'il va régler le tout et qu'il profitera de son passage au commerce pour acheter d'autres pièces. Et il paie avec un autre chèque... sans fond. Une fraude de 3600$.

Luc Fillion aura fraudé une podiatre pour 210$ et une autre victime de 2600$.

Nombreuses questions

Au moment de recevoir sa peine, Fillion a posé de multiples questions au juge Daoust, même si son avocat, Me Dominic Bouchard, se trouvait tout près de lui. Il s'interrogeait sur la nature des conditions qu'il devra respecter.

«M. Fillion, vous n'êtes pas dans une conversation de salon et vous ne pouvez échanger comme ça avec le juge. Les conditions seront écrites sur un document et je vais vous les expliquer ensuite», a mentionné Me Bouchard, visiblement dérangé par cette façon de faire.

Au final, l'accusé devra demeurer chez lui 24 heures sur 24 pour les cinq premiers mois (sauf pour exceptions) de sa remise en liberté. Il devra aussi rembourser une somme de 3000$ durant cette période au profit de Michel Vaillancourt et ajouter le même montant durant les six mois suivants.

Le juge lui a interdit de posséder une carte de crédit et des chèques. Il devra payer uniquement en argent ou avec une carte de débit afin d'éviter les risques de récidive de fraude.

«Je dois dire que ça va être un peu difficile d'effectuer la première partie du remboursement en si peu de temps. Mais si je n'ai pas le choix, je vais m'organiser», a lancé Fillion.

Me Claudine Roy a ajouté qu'elle aurait préféré entendre de la bouche de l'accusé qu'il était chanceux d'éviter la prison ferme.

«Je sais, j'y arrivais, j'étais pour le dire», a repris Fillion.

Sur ce, le juge Daoust a fait remarquer que la fraude aurait pu lui valoir de la prison ferme.

«Et si vous faites défaut de rembourser, vous allez revenir en Cour et votre peine en société pourrait être révoquée totalement et vous vous retrouveriez alors en prison», a conclu le juge Daoust.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer