Boulianne refuse d'être la seule à payer

La Chicoutimienne Maxyme Boulianne plaide coupable à des accusations de... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La Chicoutimienne Maxyme Boulianne plaide coupable à des accusations de possession de stupéfiants dans le but d'en faire le trafic. Mais il n'est pas question qu'elle soit la seule à plonger dans cette affaire. Elle prétend que son ex-copain, Alex Lecours, était aussi impliqué qu'elle dans cette opération.

La jeune femme de 22 ans a réglé ses dossiers devant le juge Michel Boudreault, de la Cour du Québec. Elle a reconnu sa culpabilité à une possession de 161 comprimés de méthamphétamines, de 201 grammes de cannabis, de 5,6 grammes de cocaïne et de 500$ en provenance de la vente de stupéfiants. Lecours fait face aux mêmes accusations.

Maxyme Boulianne a aussi plaidé coupable à des voies de fait sur une victime innocente dans un bar de Chicoutimi.

Les faits

Boulianne a été arrêtée le 31 juillet 2014 sur le stationnement du Dooly's, à Chicoutimi-Nord. Elle était assise sur le siège passager de sa propre voiture en compagnie de Lecours.

La cliente de Me François Dionne a reconnu tout ce qui lui était reproché.

Au moment de son arrestation, elle a avoué aux policiers que le sac à dos comprenant la drogue lui appartenait, mais aussi à Lecours.

Quant aux voies de fait avec lésions sur une victime dans un bar, Maxyme Boulianne l'a frappée à coups de poing, car elle croyait qu'elle discutait avec son amoureux, ce qui n'était pas le cas.

Les deux femmes ont échangé des propos sur Facebook. Boulianne s'est excusée, a dit à sa victime de passer à autre chose et qu'au pire elle écoperait de 50 heures de travaux communautaires.

«Nous demandons la confection d'un rapport présentenciel. Ma cliente a fait des changements dans sa vie depuis les événements. Elle a fait le ménage dans ses relations, a repris ses études et est revenue dans la région pour aider sa mère depuis le décès de son père. Nous pensons que le rapport pourrait nous donner le portrait de Mme Boulianne, des efforts qu'elle a faits depuis près de deux années», a mentionné Me Dionne.

Le juge Boudreault a fait savoir à l'accusée que les chefs d'accusation étaient graves, qu'ils impliquaient de la drogue et de la violence.

«En premier lieu, je dois vous dire que c'est moi qui déterminerai la peine à être imposée. On verra ce que le rapport présentenciel dira», a indiqué le magistrat.

Me Isabelle Godon, de la Couronne, a laissé voir que la prison ferme attendait l'accusée.

Pas seule

Après avoir plaidé coupable aux accusations, Maxyme Boulianne est revenue devant le tribunal à titre de témoin de la Couronne dans le procès d'Alex Lecours. Celui-ci est accusé des mêmes chefs que son ancienne petite amie de coeur en lien avec les événements du 31 juillet 2014. Il conteste l'accusation, estimant qu'il n'a rien à voir avec le trafic de stupéfiants.

Maxyme Boulianne a raconté qu'elle revendait de la drogue en compagnie de Lecours, que celui-ci touchait aussi sa part des profits et qu'il amenait des clients.

«Il était au courant de ce qui se passait. La drogue nous appartenait», a déclaré Maxyme Boulianne.

Le client de Me Olivier Théorêt nie son implication. Il entend démontrer que les policiers n'avaient rien trouvé dans sa voiture ou sur sa personne lors de l'arrestation, que tout se trouvait dans la voiture de la jeune femme.

Le procès se poursuit mercredi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer