Chasse à l'homme à Dolbeau-Mistassini: le suspect décédé

La voiture de l'individu a été immobilisée dans... (Photo Le Progrès-Dimanche, Gimmy Desbiens)

Agrandir

La voiture de l'individu a été immobilisée dans le rang Sainte-Marie.

Photo Le Progrès-Dimanche, Gimmy Desbiens

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laura Lévesque
Le Quotidien

Dave Tremblay, 27 ans, de Dolbeau-Mistassini, est mort de ses blessures après avoir été atteint par balle lors d'une poursuite policière survenue samedi matin à Dolbeau-Mistassini. C'est la deuxième fois en moins de 24 heures que des policiers de la région utilisent leur arme lors d'une opération.

Un ou des policiers ont tiré sur l'individu... (Photo Le Progrès-Dimanche, Gimmy Desbiens) - image 1.0

Agrandir

Un ou des policiers ont tiré sur l'individu alors qu'il s'apprêtait à entrer dans cette résidence. Il a été atteint alors qu'il était sur la galerie.

Photo Le Progrès-Dimanche, Gimmy Desbiens

La poursuite a commencé sur le rang Saint-Jean, dans le secteur de Mistassini. Les policiers de la Sûreté du Québec se sont rendus sur les lieux, après avoir reçu un signalement pour un individu louche. L'homme se trouvait à bord d'un véhicule noir. «C'est un secteur avec des personnes âgées. J'étais donc inquiet. Je suis passé à côté de lui et il s'est caché le visage. Je n'ai donc pas pris de chance et j'ai contacté les policiers», raconte le résident du rang qui a alerté les policiers en matinée samedi.

L'individu a rapidement pris la fuite lorsqu'il a vu les patrouilleurs de la Sûreté du Québec. Après avoir roulé une dizaine de kilomètres, le fuyard a dû s'arrêter en raison d'une impasse. Il est sorti de son véhicule et une altercation physique avec un policier se serait produite. Mais l'individu a réussi à retourner dans son véhicule pour rebrousser chemin.

Ce qui semble être le chargeur d'une arme... (Photo Le Progrès-Dimanche, Gimmy Desbiens) - image 2.0

Agrandir

Ce qui semble être le chargeur d'une arme à feu était visible près d'un véhicule de la SQ, samedi.

Photo Le Progrès-Dimanche, Gimmy Desbiens

Un tapis à clous attendait toutefois le conducteur à quelques kilomètres de là. C'est à ce barrage qu'il aurait sorti une arme pour la première fois. Des coups de feu auraient été tirés, mais il a été impossible de savoir s'ils provenaient des policiers ou du présumé malfaiteur.

La présence d'une arme à feu a été immédiatement signalée aux autres policiers qui attendaient l'individu au second barrage aménagé sur le rang. Il y aurait également eu plusieurs coups de feu à cet endroit. Les balles n'ont pas été suffisantes pour arrêter la course à ce moment. Le conducteur a toutefois été contraint d'immobiliser son véhicule pour un pneu crevé, à une dizaine de kilomètres plus loin, sur le rang Sainte-Marie.

Une seule résidence se trouvait près de sa voiture. L'individu a donc couru en direction de la maison. Ce dernier n'a cependant pas eu le temps de franchir la porte d'entrée. Un ou des policiers lui ont tiré dessus alors qu'il s'apprêtait à monter sur la galerie.

Un homme et un jeune garçon habitent cette résidence. Mais au moment des coups de feu, ils se trouvaient dans le boisé situé en face de la maison.

Le service de police de la Ville de Québec (SPVQ), qui enquête sur cet événement, a refusé de confirmer ces informations obtenues par Le Progrès-Dimanche.

Des coups de feu devant lui

Clermont Routhier s'est retrouvé en plein coeur de... (Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay) - image 4.0

Agrandir

Clermont Routhier s'est retrouvé en plein coeur de la poursuite policière.

Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay

La curiosité de Clermont Routhier l'a amené au coeur de la poursuite policière qui a mal tourné à Dolbeau-Mistassini, samedi matin. Le photographe a décidé de sillonner le rang Saint-Jean lorsqu'il a vu les policiers s'y rendre.

« Je pensais que c'était un feu ou un accident. J'avais mon appareil donc j'ai décidé d'aller voir. Je suis assez curieux. Mais j'étais loin de penser de voir un policier avec son ''gun''», a lancé le photographe.

«Le policier se trouvait à l'extérieur de son véhicule. Il a commencé à tirer lorsqu'une voiture noire arrivait en sens inverse. J'étais à ce moment sur l'autre voie. J'entendais les coups de feu. Il a tiré au moins quatre ou cinq fois. Je ne comprenais pas ce qui se passait. Mes amis demeuraient tout près, donc j'ai arrêté là. J'étais complètement sur les nerfs», a-t-il ajouté.

Après s'être calmé, il a avisé une policière qu'il avait été témoin de la scène.

«Ça fait des années que je viens ici. Un petit rang tranquille. Et le conducteur n'avait pas choisi son rang pour s'enfuir. Il y a tellement de bosses ici. Il y avait d'ailleurs un écart de quelques secondes entre son véhicule et celui des policiers derrière lui. Ça ne roulait pas si vite que ça», a-t-il constaté.

L'enquête transférée à la police de Québec

Le service de police de la Ville de Québec (SPVQ) a été mandaté pour faire la lumière sur l'opération policière de la Sûreté du Québec qui s'est terminée par des coups de feu, à Dolbeau-Mistassini. La loi prévoit en effet que lorsqu'une personne décède ou subit d'importantes blessures dans une intervention policière, l'enquête sur cet événement doit être effectuée par un autre corps policer afin d'assurer l'impartialité de celle-ci.

«Le suspect a été transporté au centre hospitalier et on craint toujours pour sa vie. Une enquête indépendante a donc été instituée afin de déterminer les circonstances entourant cet événement», a indiqué la porte-parole du SPVQ, Marie-Ève Painchaud.

Cette dernière refuse toutefois de donner plus de détails sur la poursuite policière. Mme Painchaud ne peut confirmer si la victime a utilisé son arme ou même la chronologie des événements. «Dans de telles enquêtes indépendantes, on ne peut pas dévoiler ce type d'information», a-t-elle répondu.

Les enquêteurs du Module des crimes majeurs et des techniciens en identité judiciaire du SPVQ sont responsables de cette enquête indépendante. Une équipe de Québec se trouve à Dolbeau-Mistassini.

Avant leur arrivée en sol jeannois, ce sont les policiers de plusieurs villes du Lac-Saint-Jean qui ont protégé les scènes. Au moins cinq sites étaient surveillés. Six voitures patrouilles se trouvaient dans les rangs Saint-Jean, Sainte-Marie et sur la rue Nadeau. (Avec Mélyssa Gagnon)

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer