Le juge autorise une dernière remise

Philippe Fortin pourra finalement plaider coupable en mai pour une conduite... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Philippe Fortin pourra finalement plaider coupable en mai pour une conduite avec les facultés affaiblies. Le tribunal accepte de lui accorder un dernier délai avant qu'il ne prenne le chemin de la prison.

Son avocat, Me Stéphane Ouellet, a fourni des arguments au juge Michel Boudreault, de la Cour du Québec, pour préciser les raisons de l'absence de son client au tribunal et pour rassurer la Cour que cette remise était bel et bien la dernière qu'il demandait.

Mardi, le magistrat avait refusé de remettre le dossier de Fortin en mai. Me Ouellet n'était pas sur place et avait délégué un confrère pour dénicher une date afin d'enregistrer le plaidoyer de culpabilité.

Le juge Boudreault trouvait qu'il y avait déjà eu suffisamment de délais dans le passé. Il voulait aussi avoir la preuve que l'accusé se trouvait sur le chantier de La Romaine, sur la Côte-Nord, et qu'il lui était impossible de se présenter pour enregistrer un plaidoyer de culpabilité.

«Je vous remets un document confirmant que mon client se trouve à La Romaine. Je vous demande une dernière remise, car il a toujours été de la volonté de mon client de plaider coupable», a expliqué Me Ouellet.

«Vous savez que les temps sont durs pour bien du monde. Mon client a la chance de pouvoir gagner sa vie et il a vu son contrat de travail être prolongé. Il veut travailler le plus longtemps possible étant donné qu'il n'est pas facile de le faire dans le monde de la construction. Son contrat doit se terminer en mai et c'est la raison pour laquelle on demande de reporter un peu plus tard. Vous savez que si nous avions un métro comme à Montréal ou un transport en commun intéressant, nous ne parlerions pas de cette problématique. Mais les choses sont souvent plus difficiles en région éloignée», mentionne le criminaliste, qui a cru important de se déplacer au Palais de justice de Chicoutimi pour s'expliquer devant le juge.

Le procureur de la Couronne, Me Michaël Bourget, n'a pas vu les choses du même point de vue que son confrère de la défense.

«Me Ouellet vient vous demander une dernière date de remise afin que son client puisse plaider coupable. Je veux juste rappeler au tribunal qu'en mai 2015, déjà, on demandait une dernière remise. Il y en a pourtant eu une autre en août et encore en novembre. Et nous voilà au 17 mars avec une dernière remise. Ce n'est pas très sérieux», a précisé Me Bourget.

Le juge Boudreault n'a pas caché avoir apprécié la plaidoirie du criminaliste. «Mais celle de la Couronne fait mal (nombre de remises) aussi. Malgré tout, je vais vous accorder ce dernier délai, car votre client est le seul qui prend des risques dans tout ça. La cause sera entendue le 8 juin. Il devra être présent et régler son dossier», a conclu le magistrat.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer