L'enquêteur plaide non-coupable à l'outrage au tribunal

Me Jean-Rock Parent, avocat d'Éric Gauthier, a enregistré... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Me Jean-Rock Parent, avocat d'Éric Gauthier, a enregistré un plaidoyer de non-culpabilité pour outrage au tribunal au nom de son client.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'enquêteur de la Sûreté du Québec, Éric Gauthier, a plaidé non coupable à l'accusation d'outrage au tribunal, lundi matin, devant le juge Carl Lachance, de la Cour supérieure du Québec. Des discussions ont lieu entre les parties pour trouver une solution.

Les parties ont convenu de se retrouver mardi (aujourd'hui) lors d'une visioconférence afin de tenir une conférence de gestion et de fixer la date de l'audition devant le juge Raymond W. Pronovost, de la Cour supérieure du Québec.

Si le dossier de la perquisition de motoneiges et de pièces mécaniques au commerce Stef Loisir mécanique de Saint-David-de-Falardeau est rendu à cette étape, c'est que l'enquêteur de la SQ a vu un juge déposer une accusation d'outrage au tribunal, la semaine dernière.

Les faits reprochés à M. Gauthier remontent au mois de février, lorsque le juge Jean-Paul Aubin, de la Cour du Québec, a ordonné que les biens saisis soient remis à leur propriétaire, Stéphane Lalancette, au plus tard le 2 mars à minuit.

Me Dominic Bouchard, avocat de Stéphane Lalancette, cherche... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque) - image 2.0

Agrandir

Me Dominic Bouchard, avocat de Stéphane Lalancette, cherche à trouver une solution dans le dossier de son client.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

M. Gauthier avait tenté d'obtenir un délai supplémentaire pour effectuer les analyses sur les motoneiges et les pièces afin de déterminer si elles provenaient d'un acte criminel. 

La demande avait été refusée et le magistrat de première instance avait donc déposé son ordonnance, mais celle-ci n'a pas été respectée. M. Lalancette n'a toujours pas récupéré ses biens. Il a même vu le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) déposer une accusation de recel à son endroit. Et les policiers de la SQ ont mené une nouvelle perquisition il y a une semaine.

«Nous estimons que la plainte pour outrage au tribunal est mal fondée. Nous aurons une bonne défense à présenter et à offrir lorsque ce sera le temps», a expliqué Me Jean-Rock Parent, avocat d'Éric Gauthier. 

Malgré tout cela, des discussions ont eu lieu durant la journée de lundi entre Me Parent et Me Dominic Bouchard (avocat de Stéphane Lalancette). Ils ont tenté de faire avancer les choses afin de trouver une solution à cette situation. Les négociations pourraient se poursuivre mardi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer