Futur policier, il admire le tueur de Polytechnique

Alex Pagé, un étudiant de troisième année en techniques policières au Collège... (Archives Le Quotidien, Laura Lévesque)

Agrandir

Archives Le Quotidien, Laura Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Alex Pagé, un étudiant de troisième année en techniques policières au Collège d'Alma, est accusé de production de matériel pornographique juvénile et d'avoir proféré des menaces de mort envers les femmes. Admiratif du tueur Marc Lépine, il affirmait vouloir recréer la tuerie de l'École polytechnique de Montréal.

Alex Pagé, étudiant en techniques policières au Collège... (Photo tirée de Facebook) - image 1.0

Agrandir

Alex Pagé, étudiant en techniques policières au Collège d'Alma, est accusé de production de pornographie juvénile et d'avoir proféré des menaces de mort envers les femmes.

Photo tirée de Facebook

Le jeune homme de 21 ans, qui réside à Jonquière chez ses parents, a été arrêté mercredi sur le campus du collège par les policiers de la Sécurité publique de Saguenay. C'est la direction du Collège d'Alma qui a porté plainte contre l'étudiant (voir autre texte).

Du matériel informatique a aussi été saisi à sa résidence et devra être analysé. Alex Pagé, qui ne possède pas d'antécédents judiciaires, a été détenu au poste de police de Chicoutimi jusqu'à sa comparution, jeudi en fin d'avant-midi, au Palais de justice de Chicoutimi, devant le juge Pierre Simard, de la Cour du Québec.

«Il a été arrêté après que des personnes de son entourage se soient montrées inquiètes de propos qu'il a tenus sur Facebook», a indiqué la criminaliste au dossier, Me Gitane Smith.

Alex Pagé aurait démontré son admiration envers Marc Lépine, auteur de la tuerie de l'École polytechnique de Montréal, disant qu'il voulait reproduire des gestes semblables. Il aurait aussi dit vouloir avoir des relations sexuelles avec des filles de 14 ans.

Me Smith venait de prendre connaissance du dossier et il lui était impossible de fournir davantage d'informations sur les circonstances des événements et sur les accusations de production de pornographie juvénile.

L'étudiant en techniques policières fait face à deux chefs d'accusation. Il est accusé d'avoir produit de la pornographie juvénile entre le 1er janvier et le 9 mars 2016, et d'avoir sciemment proféré une menace pouvant causer la mort ou des lésions corporelles aux femmes, le ou vers le 19 février. Des accusations pourraient s'ajouter selon l'analyse du dossier et les résultats de l'analyse du matériel informatique.

De retour le 10 mai

Le ministère public, représenté par Me Audrey Allard, et la défense, ne se sont pas opposés à la remise en liberté d'Alex Pagé. Il a dû déposer 500$ en garantie et devra respecter plusieurs conditions. 

L'étudiant devra débuter un suivi psychologique ou en sexologie d'ici son prochain passage en cour, prévu le 10 mai, pour l'orientation de son dossier.

Il ne pourra être seul en présence de mineurs ni se trouver à proximité d'un terrain de jeux, d'une école ou d'un parc public. 

Alex Pagé devra respecter un couvre-feu et se désabonner de ses services Internet, qu'ils soient résidentiels ou via cellulaire.

 Il lui est en outre interdit d'utiliser un ordinateur ou de se trouver seul dans un endroit public où l'accès à Internet est possible.

Enquêteur en crimes sexuels

Alex Pagé souhaitait être enquêteur en crimes sexuels après ses études en techniques policières.

C'est ce qu'il a affirmé à l'un de ses collègues étudiants alors qu'ils évoquaient leurs projets d'avenir, après leur formation au Collège d'Alma.

«J'avais trouvé ça particulier, mais ça l'est encore plus aujourd'hui en sachant ce qui s'est passé», a souligné l'étudiant qui a eu quelques cours avec Alex Pagé, lors d'un entretien avec Le Quotidien. Il mentionne qu'Alex Pagé était un jeune homme calme, «low profile», qui prévoyait terminer sa technique en quatre ans.

La nouvelle a créé une onde de choc au sein des étudiants de l'établissement d'enseignement et particulièrement chez les jeunes en techniques policières.

«C'est un choc pour tout le monde. Pour le collège, les étudiants en techniques policières et les policiers, ça donne une mauvaise carte de visite», regrette-t-il.

Dénoncé par le Collège d'Alma

C'est la direction du Collège d'Alma qui a porté plainte contre Alex Pagé après avoir été mise au courant d'informations jugées suffisamment graves pour les transmettre aux policiers. L'étudiant est suspendu de ses cours jusqu'à nouvel ordre.

«Nous ne pouvons pas commenter les détails du dossier, puisqu'il se trouve maintenant devant les tribunaux, a indiqué jeudi après-midi le conseiller en communications du collège, Frédéric Tremblay, en entrevue téléphonique. Mais devant la gravité des informations qui ont été rapportées, la direction a jugé que ce n'était pas de son ressort.»

Il ajoute que la direction a reçu les informations en début de semaine, mardi ou mercredi. Selon nos informations, ce sont des étudiants en techniques policières qui auraient dénoncé Alex Pagé à la direction.

Alex Pagé n'est pas autorisé à se présenter à ses cours jusqu'à nouvel ordre. «Il n'est pas suspendu, car c'est un processus administratif qui prend un certain temps, et il faudra voir aussi la suite des procédures judiciaires», précise M. Tremblay.

L'étudiant de troisième année n'aurait pas présenté précédemment de comportements alarmants ou tenu des propos violents, à la connaissance de la direction.

Mesures de sécurité

Des mesures de sécurité supplémentaires sont adoptées par le Collège d'Alma jusqu'à nouvel ordre. «Nous prenons la situation au sérieux et des effectifs supplémentaires ont été demandés pour assurer la sécurité autour du collège. Nous avons aussi déposé une demande auprès de la SQ», précise le porte-parole.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer