Dany Gauthier retourne en prison

Le Palais de justice de Roberval... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Le Palais de justice de Roberval

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

Dany Gauthier d'Albanel retourne en prison 14 mois pour avoir une seconde fois menacé de mort ses parents.

L'homme de 20 ans à la feuille de route déjà bien garnie a plaidé coupable, hier, au Palais de justice de Roberval, à des accusations de menace de mort, menace de coups et blessures, de vols et non-respect d'engagements. De plus, il avait « négligé » de régler une course de taxi à Chicoutimi cet automne.

Au début de l'année, alors qu'il lui était interdit d'entrer en contact avec ses parents, il les a appelés, car il était en détresse. Après quelques jours calmes au domicile familial, Gauthier, qui est d'origine colombienne, a recommencé à consommer de la drogue. Ce qui l'a poussé à voler la génératrice de son père pour rembourser des dettes de drogue. Son état l'a amené à vociférer des injures à ses parents en les menaçant de mort. Il a même voulu faire « sauter » la maison.

Le juge Michel Boudreault ne s'est pas laissé attendrir par la volonté du jeune de se reprendre en main et régler ses problèmes d'agressivité et de drogue. Dany Gauthier souffrirait du syndrome de l'attachement parce qu'il a été rejeté par ses parents colombiens et adopté par une famille québécoise à l'âge de neuf mois.

« J'ai l'impression que vous êtes très à l'aise en prison. Votre chanson est belle, mais l'application ne me semble pas certaine. Il y a un risque élevé de récidive. Je pense à vos parents qui doivent se tourmenter sur ce qui vous arrive et ce qu'ils auraient pu faire de plus. Il faut que ça cesse. Vous allez régler vos problèmes et ça presse », a lancé le magistrat.

Il lui a donc imposé une peine de 14 mois assujettis de l'obligation de suivre une thérapie pour régler sa problématique d'attachement de consommation de drogue. Gauthier avait déjà purgé une première sentence de 4 mois et une autre de 12 mois pour des menaces de mort à ses parents et envers d'autres personnes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer