Coupable d'avoir fraudé un Congolais

Alain Tremblay connaîtra la décision du tribunal dans... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Alain Tremblay connaîtra la décision du tribunal dans les prochains mois pour sa fraude de 12 000 $ auprès d'un Congolais.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Pythagore Mikwete Mitho, de la République démocratique du Congo, a été littéralement «enfirouapé» par le fraudeur Alain Tremblay. Sa naïveté lui a fait perdre plus de 12 000$, son emploi et il n'a pu obtenir, pour le moment, le statut réglementaire au Canada pour les membres de sa famille.

Alain Tremblay, qui réside maintenant quelque part au Lac-Saint-Jean, a plaidé coupable, mercredi matin, à une accusation de fraude, réalisée par le biais de la supercherie entre janvier et octobre 2012.

Le juge Pierre Lortie, de la Cour du Québec, a entériné le plaidoyer de culpabilité et a demandé la confection d'un rapport présentenciel afin de faire le portrait le plus fidèle possible de l'accusé de 64 ans.

L'histoire s'est déroulée durant le conflit de travail à l'usine Alma de Rio Tinto Alcan, au début de l'année 2012. La victime (qui a accepté d'être identifiée) travaillait pour Garda dans le cadre de cet arrêt de travail. Comme tous les gardiens, il demeurait dans un hôtel de Saguenay.

Mauvaise rencontre

«La victime a eu le malheur de croiser le chemin de M. Tremblay. Celui-ci avait de grandes oreilles et écoutait tout ce qui se disait autour de lui. Il a entendu que M. Pythagore avait des préoccupations familiales sur le fait qu'il voulait faire venir sa conjointe et ses enfants au Canada. L'accusé a commencé à lui parler et il a gagné sa confiance. Sachant qu'il était fils de pasteur en Afrique et se disant croyant, Alain Tremblay lui a demandé de le bénir. Il en a profité pour tisser sa toile d'araignée», a expliqué Me Jean-Sébastien Lebel, procureur de la Couronne.

«M. Tremblay s'est intéressé au projet familial de la victime. Il lui a dit qu'il connaissait personnellement un ambassadeur, Jean-Pierre Blackburn, et qu'il pourrait intercéder pour lui. Il a préparé sa mise en scène, allant même jusqu'à utiliser une personne pour qu'elle se fasse passer pour l'ambassadeur. Ces gens se sont parlé. Il a demandé à la victime d'être discrète, car il bénéficiait d'un traitement de faveur», a ajouté Me Lebel.

Pas le vrai Jean-Pierre Blackburn

Il va sans dire que le client de Me Olivier Théorêt n'a jamais été en contact avec le vrai Jean-Pierre Blackburn (celui-ci a confirmé à la Couronne n'avoir jamais eu d'appels).

Durant les 10 mois de la fraude, Tremblay est parvenu à extirper 12 000$ officiellement à la victime. La Couronne croit que la fraude était beaucoup plus élevée.

Alain Tremblay a même accusé M. Mitho de lui avoir emprunté 500$, une situation qui lui a fait perdre son emploi de gardien de sécurité. L'accusé a poussé l'audace de demander à Garda de ne pas le congédier tout de suite afin qu'il puisse récupérer le «faux» montant emprunté, selon la preuve.

«Toute cette histoire a occasionné des délais supplémentaires pour faire venir sa famille au Canada. Ce retard a fait en sorte que ses enfants ont subi des sévices au Congo. Le modus operandi d'Alain Tremblay est très grave», a résumé Me Lebel.

Pythagore Mikwete Mitho ne cache pas que cette mésaventure a été très néfaste pour sa famille.

«J'ai perdu mon emploi aux Nations unies en Afrique, ma conjointe a aussi perdu son travail à la justice africaine. J'essaie maintenant de rebâtir la confiance de ma famille, mais ce n'est pas facile», de dire M. Mitho, qui souhaite s'établir au Canada de façon permanente.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer