Nelly Bilodeau écope de 23 mois pour fraude

Nelly Bilodeau devrait passer plusieurs mois derrière les... (Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

Nelly Bilodeau devrait passer plusieurs mois derrière les barreaux pour une fraude de 148 000 $ à l'endroit du restaurant Le Barillet de Jonquière.

Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Nelly Bilodeau écope de 23 mois de prison pour avoir fraudé 148 000$ aux dépens des propriétaires du restaurant Le Barillet de Jonquière.

Le juge Pierre Simard, de la Cour du Québec, a rendu la sentence lundi matin, au Palais de justice de Chicoutimi.

Fixant le juge, l'accusée est demeurée assise, sans broncher, durant toute la lecture de la peine.

Le chemin de la prison, la femme de 36 ans savait qu'elle devait le prendre. Il ne restait qu'à déterminer la durée de cette sentence.

Sur cet aspect, le juge a tranché entre les suggestions des deux parties. Me Sabrina Tremblay, pour la Couronne, avait suggéré une peine de 30 à 36 mois de pénitencier, alors que Me Jean-Marc Fradette, en défense, avait plutôt songé à une sentence variant de 10 à 16 mois.

Absence d'antécédents

Dans son jugement, le magistrat a tenu compte de l'absence d'antécédents judiciaires, des regrets exprimés par l'accusé et de l'absence de récidive pour pondérer la sentence.

Mais il n'a pu faire autrement que de retenir, comme facteurs aggravants, la durée de la fraude, l'ampleur, le lien de confiance entre elle et le propriétaire, la préméditation, le nombre de transactions de fraude et l'absence de remboursement de la somme éludée afin de donner une peine dénonciatrice et dissuasive.

« Les accusations de fraude sont passibles d'une peine maximale d'emprisonnement de 14 ans et ne sont pas admissibles à la peine en société. Votre crime se situe parmi les fraudes intermédiaires», indique le juge.

La jurisprudence prévoit des peines variant de 12 à 36 mois pour ces crimes.

Stratagème

L'ex-employée du restaurant Le Barillet, de la rue Saint-Dominique à Jonquière, a profité de son statut d'adjointe au propriétaire pour le frauder entre les mois de mai 2012 et septembre 2013.

Durant cette période de 18 mois, celle qui était « l'homme de confiance » du restaurateur a subtilisé une somme de 148 000$ dans les guichets automatiques de l'établissement. Elle était responsable de déposer les recettes des machines à poker, mais en gardait une partie pour elle-même.

Au début, elle volait uniquement de petites sommes de 5 $ et de 10 $, mais par la suite, elle a augmenté la mise, allant jusqu'à 1000$.

Bilodeau jouait cet argent dans les machines de Loto-Québec en espérant gagner de bonnes sommes afin de rembourser ce qu'elle avait pris, mais cela ne s'est pas produit.

Le stratagème a été découvert lorsque l'accusée est partie en vacances.

La personne qui l'a remplacée s'est aperçue que les chiffres ne correspondaient pas.

Le propriétaire du restaurant, Michel Tremblay, a embauché une firme spécialisée afin de trouver ce qui ne fonctionnait pas. Le restaurateur a déboursé un montant de 14 000$ pour cette analyse.

Au total, il aura perdu 162 000$ dans cette mésaventure.

La femme n'a pas été en mesure de se trouver un nouvel emploi et vit de l'aide sociale, après avoir fait faillite.

À sa sortie de prison, elle sera soumise à une probation de deux années.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer