Conditions routières difficiles samedi

Les bourrasques de neige ont rendu la visibilité... (Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay)

Agrandir

Les bourrasques de neige ont rendu la visibilité nulle par moment au Saguenay et au Lac-Saint-Jean.

Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Frédéric Marcoux
Le Quotidien

Le mauvais temps a donné des maux de tête aux automobilistes du Lac-Saint-Jean, hier. Les bourrasques de neige ont rendu la visibilité nulle par moment.

Les accrochages ont été tellement nombreux que le porte-parole de la Sûreté du Québec (SQ), Jean Tremblay a eu de la difficulté à en révéler le nombre au journaliste du Progrès-Dimanche, peu avant 19h hier soir. «Il y en a tellement eu (d'accrochages) que je ne peux pas dire combien, a indiqué Jean Tremblay au téléphone. Je dirais qu'il y en a eu 20-25.

Le secteur de Métabetchouan a été plus problématique en raison de la visibilité réduite». En plus des nombreuses sorties de route samedi, les vents violents ont causé la fermeture de plusieurs rangs à Alma. «Tout est fermé entre Alma et Saint-Bruno. C'est généralisé» a mentionné, samedi vers 22h, le porte-parole de la Sûreté du Québec (SQ), Jean Tremblay. Ce dernier a précisé qu'une portion de la route 170 pour se rendre à Chicoutimi a été fermée.

Pannes de courant

Pour ce qui est d'Hydro-Québec, 1276 clients ont connu une panne de service vers 21h. À 22h30, 329 clients étaient toujours privés de service.

Pour la région de Saguenay, les vents violents ont fait qu'une quinzaine des systèmes d'alarme ont été déclenchés, nécessitant la présence de policiers pour vérification, a confié le lieutenant André Gagné, lorsque questionné sur les impacts du mauvais temps sur son secteur. Frédéric Marcoux

Retrouvé gelé

Par ailleurs, un homme de 64 ans natif de Saint-Fulgence a été retrouvé «presque gelé», selon le porte-parole de la Sûreté du Québec (SQ), Jean Tremblay.

Vers 18h samedi soir, il aurait éprouvé un malaise avant d'être secouru sur la route Michel-Simard à Saint-Fulgence. À l'arrivée des services d'urgence, l'homme était conscient, mais il n'était pas en mesure de parler aux policiers.

Il est toutefois décédé à l'hôpital. «S'il n'était pas en mesure de parler, est-ce que c'est parce qu'il était en train de mourir de froid ou c'est à cause de son malaise? On l'ignore. Tout porte à croire qu'il a subi un malaise. Il s'est effondré par la suite. Sa mort serait une cause naturelle» a indiqué Jean Tremblay.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer