Une autre chance pour un voleur d'armes

Le Chicoutimien Alex Hudon veut reprendre le droit chemin. Il en a assez de sa... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Chicoutimien Alex Hudon veut reprendre le droit chemin. Il en a assez de sa vie de consommateur de drogue et demande une autre chance au tribunal.

Le jeune homme de 21 ans a connu des séquences difficiles depuis son passage à l'âge adulte. Mais le 1er janvier 2016, il a pris la résolution de tout laisser ça derrière lui, de repartir à neuf.

Son appel a été entendu. Le juge Pierre Lortie, de la Cour du Québec, a accepté sa demande de se rendre à la maison Caroline-Roy pour une thérapie d'au moins trois mois. 

Le client de Me Julien Boulianne a été arrêté, le 17 février, par les policiers de Saguenay, pour des événements survenus entre le 8 et le 24 décembre 2015, juste avant sa «rédemption».

Il a commis un vol qualifié le 8 décembre dans un dépanneur. Lui et sa complice ont volé des cigarettes et un lot de billets de loterie. Ils ont pu encaisser quelques milliers de dollars en gains. 

Et le 24 décembre, Hudon a participé au vol d'armes à feu chez un collectionneur.

Aucun suspect n'avait été identifié pour ce vol, mais le véhicule de Hudon avait été vu à proximité des lieux.

Au moment de son arrestation en février, Hudon aurait tout avoué aux agents, même s'il n'était qu'interrogé. 

«Mon client a tout déballé. Il a vidé son sac et a révélé aux policiers que les armes avaient été jetées dans un plan d'eau, qu'elles n'étaient donc pas en circulation», a indiqué Me Boulianne.

Vendredi, Hudon a donné les raisons de ce changement radical.

«Jusqu'à la fin de l'année 2015, je consommais environ sept grammes de cannabis chaque jour. Mais un moment donné, je me suis rendu compte que ça ne valait pas le coup. J'ai décidé de tout arrêter. Je veux changer. J'avais même entrepris un projet de retour à l'école, mais je n'ai pas pu y arriver, car j'ai été arrêté par la police», a répondu Hudon.

«Je suis tanné et j'ai hâte de travailler sur moi. J'ai changé mon cercle d'amis et j'ai même laissé ma blonde, même si je l'aime beaucoup, parce qu'elle consomme de la drogue», a soutenu Alex Hudon.

Me Boulianne croit que son client est doté d'un bon potentiel, mais que celui-ci a été «gelé» dans les dernières années.

«Et je ne crois pas que de l'envoyer en prison immédiatement permettra de régler les choses pour mon client», a-t-il indiqué.

Malgré toutes les belles paroles, Me Sébastien Vallée, de la Couronne, ne croit pas à la volonté de l'accusé de vouloir reprendre sa vie en main. 

«Je ne vous crois pas capable de respecter les conditions malgré les larmes et le soupçon de sincérité de votre témoignage. Il faut éviter à la société un risque de récidive. Les accusations sont graves. Je crois qu'il est rendu à un temps d'arrêt dans sa vie et qu'il doit remettre le tout en perspective.»

«La thérapie de trois mois ne changera rien. Il doit y aller un pas à la fois et le premier commence par une peine de prison pour les infractions commises. Il pourra cheminer ensuite», a précisé Me Vallée.

Hudon se trouve aussi en attente d'une sentence dans une tentative de vol de coffre-fort avec ses complices Mikaël Dallaire (deux ans moins un jour de prison) et Cédric Pineault (six mois).

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer