Un garage d'entretien rasé par les flammes

Un incendie probablement d'origine électrique a complète ravagé... (Photo Le Quotidien, René Bouchard)

Agrandir

Un incendie probablement d'origine électrique a complète ravagé un garage d'entretien des Scieries Lac-Saint-Jean sises sur la route Saint-André, à Métabetchouan.

Photo Le Quotidien, René Bouchard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un incendie vraisemblablement d'origine électrique a complètement ravagé un garage d'entretien des Scieries Lac-Saint-Jean ayant pignon à Métabetchouan, vers 2h, dans la nuit de mercredi à jeudi.

Un incendie vraisemblablement d'origine électrique a complètement ravagé... (Photo Le Quotidien, René Bouchard) - image 1.0

Agrandir

Photo Le Quotidien, René Bouchard

Le bâtiment, qui est situé près du bureau de la scierie sise sur la route Saint-André, est une perte totale. Selon les informations transmises par Manon Simard, directrice générale de l'entreprise, le feu aurait pris naissance dans le toit du bâtiment et se serait propagé très rapidement, de sorte que ni les pompiers ni les propriétaires n'ont été en mesure de sortir les trois camions et une remorque qui s'y trouvaient.

La bâtisse abritait également de l'équipement pour de la réparation et l'entretien des camions et de la machinerie. Mme Simard estime à près d'un million$ les pertes subies.

En entrevue téléphonique, Mme Simard mentionne que les images captées par les caméras de sécurité tendent à confirmer la thèse de l'incendie d'origine électrique. Pour pallier les installations perdues, l'entreprise dispose d'un camion de service doté de tout l'équipement nécessaire qu'elle utilisait surtout en forêt, mais elle a tout de même besoin d'un endroit pour travailler à l'abri.

«On va aussi utiliser notre camion pour l'entretien des machineries lourdes à la scierie, note-t-elle. On regarde pour se trouver un garage temporaire. (L'entrepreneur) Jean-Marie Bernier, qui possède un garage dans le parc industriel (secteur du rang deux), nous a offert d'occuper une porte, mais on envisage de reconstruire le bâtiment. On n'a pas le choix puisqu'on ne peut pas aller ailleurs indéfiniment», de conclure Mme Simard.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer