Cinq enfants avec la fille de sa conjointe

Un homme de Chicoutimi, qui a eu cinq enfants avec la fille de sa conjointe, a... (Photo 123RF)

Agrandir

Photo 123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patricia Rainville
Le Quotidien

Un homme de Chicoutimi, qui a eu cinq enfants avec la fille de sa conjointe, a plaidé coupable, lundi, au Palais de justice de Chicoutimi, d'agressions sexuelles, de voies de fait et d'attouchements sexuels sur une mineure.

Étant donné la complexité du dossier, un rapport présentenciel a été ordonné et l'individu reviendra en cour le 1er juin prochain. La mère de la victime était au fait des agissements de son conjoint, mais aucune accusation n'est portée contre elle. 

Cette sordide histoire a débuté en 1993, alors que la jeune fille était au début de l'adolescence. L'homme, dont on ne dévoilera pas l'identité pour protéger celle des victimes, a commencé à abuser de la fille de sa conjointe en s'adonnant à des attouchements, sans pénétration. Au début, il s'agissait d'une simple main sur une cuisse. Le manège a duré quelques années et s'est accentué au fil du temps. La victime est finalement tombée enceinte de son beau-père et a accouché de son premier enfant à l'âge de 17 ans. 

Selon la preuve, la conjointe était bien au fait des agissements de l'homme, puisqu'il y aurait même eu des relations sexuelles à trois, a affirmé l'avocat de l'individu, Me Jean-Marc Fradette. Ces faits ont été reconnus en cour. Lundi, la conjointe accompagnait d'ailleurs l'accusé, au Palais de justice de Chicoutimi. Les deux individus se tenaient la main, en attendant la convocation du juge Pierre Lortie. 

Les agressions sexuelles auront duré une vingtaine d'années, soit de 1993 à 2013. Au final, la jeune femme a donné naissance à cinq enfants, tous conçus par l'accusé, aujourd'hui âgé d'une cinquantaine d'années. Selon ce qui a été dit en cour lundi, les relations sexuelles se répétaient une ou deux fois par mois, sauf lorsque la jeune femme était enceinte. «On pourrait dire qu'il la laissait tranquille à ce moment-là», a affirmé la procureure de la Couronne, Me Marie-Josée Hamelin-Gagnon. 

Les enfants ont vécu un temps avec les parents, mais ils ont finalement été pris en charge par la Direction de la protection de la jeunesse, alors qu'ils étaient en bas âge. On ignore pour quelle raison les enfants ont finalement été pris en charge, sans que des accusations ne soient portées avant. 

C'est finalement en 2013 que l'un des fils de l'homme a porté plainte à la police, puisqu'il avait été maltraité par son père, d'où les accusations de voies de fait. «On parle de ''grosse claque'' ou d'avoir serré un peu trop fort les bras», a indiqué Me Fradette. C'est en discutant avec le fils que l'histoire est sortie au grand jour et qu'une enquête a été ouverte. 

L'homme a été accusé d'agressions sexuelles, de voies de fait sur deux de ses enfants et sur sa conjointe et d'attouchements sexuels sur une mineure, en l'occurrence la mère de ses enfants. L'homme n'est pas détenu. Un rapport présentenciel a été demandé par le juge, étant donné la rareté d'une telle histoire. Un rapport sexologique sera également réalisé au cours des prochains mois. 

«C'est très particulier comme cas. Je n'ai pour l'instant aucune idée de ce qui ressortira des rapports. Pourquoi la jeune femme est-elle restée? Est-ce que l'homme exerçait un contrôle sur la victime? Est-ce qu'il a cru que la relation était devenue légitime? Nous en saurons davantage le 1er juin prochain», a affirmé Me Jean-Marc Fradette, qui n'a pour l'instant aucune idée du genre de sentence qu'il plaidera devant le juge.

L'accusé est resté calme devant les tribunaux, se contentant d'admettre les gestes commis.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer