L'ancien RPM Moto Plus ravagé par les flammes

  • Une cinquantaine de pompiers ont été appelés à combattre un incendie au 2510 rue Dubose à Jonquière. (Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay)

    Plein écran

    Une cinquantaine de pompiers ont été appelés à combattre un incendie au 2510 rue Dubose à Jonquière.

    Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay

  • 1 / 6
  •  (Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay)

    Plein écran

    Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay

  • 2 / 6
  •  (Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay)

    Plein écran

    Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay

  • 3 / 6
  •  (Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay)

    Plein écran

    Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay

  • 4 / 6
  •  (Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay)

    Plein écran

    Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay

  • 5 / 6
  •  (Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay)

    Plein écran

    Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay

  • 6 / 6

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Anne-Marie Gravel
Le Quotidien

Le bâtiment qui abritait jusqu'à tout récemment les locaux de RPM Moto Plus de Jonquière a été ravagé par un incendie samedi. Les pompiers ont été appelés au 2510 rue Dubose vers 16h45, adresse où le commerce Evolution-X avait pignon sur rue depuis quelques semaines seulement.

À l'arrivée des pompiers, beaucoup de fumée se dégageait déjà du bâtiment de 12 000 pieds carrés. L'alarme générale a été déclenchée. Au plus fort de l'incendie, une cinquantaine de pompiers ont été appelés sur place. En fin de soirée, ils étaient toujours une dizaine à oeuvrer pour éteindre complètement le brasier.

«C'est un bâtiment d'une très grande superficie. Les flammes se sont propagées très rapidement. Il y avait de la fumée noire à notre arrivée, ce qui signifie qu'il y avait du feu en dessous», a affirmé Carol Girard, directeur du Service de sécurité incendie, en début de soirée.

Carol Girard, directeur du Service de sécurité incendie,... (Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay) - image 2.0

Agrandir

Carol Girard, directeur du Service de sécurité incendie, explique que les flammes se sont propagées très rapidement.

Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay

Personne ne se trouvait au commerce lorsque l'incendie s'est déclaré.

Le feu a pris naissance dans la partie avant du bâtiment. Selon les employés rencontrés sur place, le rez-de-chaussée de cette portion du commerce était vacant. Des travaux devaient y être effectués avant d'y installer des véhicules. Du matériel était entreposé au sous-sol.

En fin de soirée, le chef aux opérations Éric Morin ignorait toujours l'étendue des dommages causés à la salle de montre du commerce.

«50% du bâtiment a subi des dommages considérables. On a réussi à limiter les dégâts pour ne pas que le feu se propage à l'arrière du bâtiment où se trouve la salle de montre de Polaris. À cet endroit, il y a surtout eu de la fumée, mais on ignore l'état des véhicules qui s'y trouvent.»

Aucune piste n'était envisagée quant à la cause de l'incendie.

«Personne n'est encore rentré à l'intérieur», a confirmé Éric Morin qui estimait que le travail d'extinction se poursuivrait jusqu'au début de la nuit. RPM Moto Plus est devenu RPM Harley-Davidson récemment et est déménagé dans une construction neuve sur la rue Panet. Le bâtiment de la rue Dubose et la bannière Polaris ont été vendus au propriétaire de Evolution-X, qui avait déjà pignon sur rue au Lac-Saint-Jean.

Un autre incendie

Par ailleurs, un second incendie s'est déclaré dans le même secteur au cours de la nuit de samedi à dimanche alors que les pompiers ont été appelés à se rendre au 2848 de la rue Guillaume un peu avant 1h du matin. Une troisième alarme a été nécessaire. La demeure est située à 800 mètres de l'ancien RPM Moto Plus.

Un spectacle douloureux

Des personnes qui travaillent au 2510 rue Dubose, mais aussi d'autres qui y ont travaillé, ont regardé avec tristesse le bâtiment partir en fumée samedi à Jonquière.

Gervais Leclerc, ex-propriétaire de l'endroit pendant 19 ans, a été un des premiers à arriver sur place. «Ça fait mal au coeur. J'ai vendu dernièrement, mais j'ai passé beaucoup d'années ici», a-t-il affirmé.

Gervais Leclerc, ex-propriétaire de l'endroit pendant 19 ans,... (Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay) - image 4.0

Agrandir

Gervais Leclerc, ex-propriétaire de l'endroit pendant 19 ans, a été un des premiers à arriver sur place.

Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay

Dany Lebel, vendeur chez RPM Moto Plus pendant... (Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay) - image 4.1

Agrandir

Dany Lebel, vendeur chez RPM Moto Plus pendant neuf ans puis chez Evolution-X depuis peu, assistait avec difficulté au triste spectacle.

Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay

Jean-Philippe Besson, directeur des ventes du commerce Evolution-X, regardait impuissant la fumée sortir de l'édifice. «C'est assez décevant. Je viens tout juste d'emménager à Saguenay pour travailler ici», a confié celui qui oeuvrait pour l'entreprise au Lac-Saint-Jean il y a quelques semaines à peine. Il était en compagnie des autres employés du commerce lorsque l'incendie s'est déclaré. «On était tous au Snowcross Saguenay. On s'apprêtait à souper quand on a reçu l'appel.»

Dany Lebel, vendeur chez RPM Moto Plus pendant neuf ans puis chez Evolution-X depuis peu, assistait avec difficulté au triste spectacle. «C'est dur. Il faut prendre de bonnes respirations.»

Isabelle Lamontagne, une ex-employée de l'endroit, et sa... (Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay) - image 5.0

Agrandir

Isabelle Lamontagne, une ex-employée de l'endroit, et sa fille Alyson étaient attristées par les événements.

Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay

Isabelle Lamontagne et sa fille Alyson étaient elles aussi affectées par les événements. «C'est triste», a affirmé celle qui a été gérante de la boutique pendant quatre ans avant de quitter pour s'installer dans les nouveaux locaux de RPM Moto Plus il y a un peu plus d'une semaine. «Ça me fait de la peine. On vient juste de partir. On était encore ici il y a une semaine et demie. Je pense à nos collègues qui sont restés et qui n'ont plus de travail.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer