Un courtier risque la prison pour avoir agressé ses belles-filles

Un courtier d'assurance d'Alma risque de passer les prochaines années de sa vie... (Photothèque Le Soleil, 123RF/Elizabeth Hoffmann)

Agrandir

Photothèque Le Soleil, 123RF/Elizabeth Hoffmann

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laura Lévesque
Le Quotidien

Un courtier d'assurance d'Alma risque de passer les prochaines années de sa vie en prison pour avoir agressé sexuellement ses deux belles-filles. L'homme de 36 ans a été trouvé coupable d'avoir fait des attouchements sur des enfants âgés de 10 et 12 ans.

La représentante du ministère public, Me Marie-Christine Savard, a suggéré une peine de 42 mois de détention, lundi, lors des représentations sur la sentence. Cette peine « sévère » est nécessaire, selon la procureure, en raison notamment des séquelles chez les victimes.

Touchers

« On parle de touchers. Mais des touchers qui sont importants et qui ont été faits à l'aube de l'adolescence. À une époque charnière où on bâtit son estime de soi », a insisté Me Savard, rappelant que l'homme se trouvait dans une position d'autorité.

Les gestes reprochés se sont déroulés sur une période d'environ trois ans. Les touchers se faisaient à l'heure du coucher et au retour de l'école.

L'homme de 36 ans ne reconnaît toutefois pas avoir posé de tels gestes. Son avocat, Me Jean-Marc Fradette, a d'ailleurs porté en appel ce verdict de culpabilité. Pour cette raison l'avocat n'a suggéré aucune peine, lundi, pendant les représentations sur la sentence. Il a cependant qualifié la suggestion de 42 mois d'« exagérée ».

Malgré ces démarches de contestation, le juge Michel Boudreault rendra tout de même sa sentence jeudi prochain au Palais de justice d'Alma. L'homme de 36 ans, qui vend toujours des assurances, peut conserver sa liberté jusqu'au prononcé de la peine qui en sera une de détention. Mais en raison des démarches en cour d'appel, il devrait retrouver rapidement sa liberté.

Quant au nom de l'individu, il n'est pas dévoilé afin d'éviter d'identifier les victimes d'âge mineur.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer