Yves Martin: pas de mauvais accueil, dit le Ministère

Yves Martin... (Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Yves Martin

Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il est faux de prétendre qu'Yves Martin n'est pas le bienvenu au nouveau Centre de détention provincial de Roberval et aucune preuve n'existe qu'un employé de la prison lui aurait fait savoir que personne ne voulait le voir dans la région.

La semaine dernière, Le Quotidien avait révélé que M. Martin avait été accueilli plutôt froidement lors de son passage au Lac-Saint-Jean.

Selon les informations obtenues, un employé de la prison (qui pourrait avoir un lien de parenté avec les victimes de Martin) lui aurait dit : « toé, on veut pas te voir la face icitte. Tu n'as pas d'affaires icitte. »

Porte-parole du ministère de la Sécurité publique, Patrick Soucy a démenti l'information.

« À vos questions, je peux vous dire qu'il est faux de dire que l'accusé n'est pas le bienvenu à la prison de Roberval. Et je ne détiens pas d'information à l'effet qu'il aurait été abordé par un employé de la prison », a spécifié M. Soucy.

Ce dernier a aussi précisé que divers facteurs déterminent la prison où sera envoyé un détenu. Il est notamment question du classement sécuritaire de la personne, de son dossier disciplinaire, des programmes offerts en prison et de la surpopulation en prison.

« Tous les critères d'évaluation sont pris en considération par un ensemble de professionnels du réseau et je ne suis pas en mesure de commenter un cas particulier », mentionne M. Soucy.

L'avocat d'Yves Martin, Me Jean-Marc Fradette, entend soumettre une demande officielle dans les jours à venir afin d'obtenir une ordonnance d'amener à Roberval.

« Surtout que nous avons obtenu une recommandation en ce sens du juge coordonnateur, Richard P. Daoust. La présence de mon client à Roberval permettrait aux membres de sa famille de lui rendre visite. De mon côté, je pourrais mieux préparer la tenue de l'enquête de remise en liberté (5 et 6 avril), ce qui est très difficile lorsque M. Martin est détenu à Québec ou à Trois-Rivières », de noter Me Fradette.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer